Quantcast i24NEWS - Il y a trente ans, la première Intifada

Il y a trente ans, la première Intifada

Palestinians throw stones in Ramallah as part of the First Intifada in 1989
ERIC FEFERBERG/AFP
Le 8 décembre 1987 éclatait la 1e Intifada qui aboutir à la reconnaissance mutuelle entre Israël et l'OLP

Alors que la situation à Gaza et en Cisjordanie est de nouveau tendue au lendemain de la reconnaissance par Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël, la journée de jeudi marque les trente ans du début de la première Intifada.

Le 9 décembre 1987, éclatait ce soulèvement palestinien qui, au bout de six années d'affrontements, allait aboutir à la reconnaissance mutuelle entre Israël et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Les mois de septembre-octobre 1987 marque une recrudescence des attaques terroristes contre les soldats et civils israéliens. Un officier est tué, un autre est poignardé à mort. L'armée multiplie alors les arrestations préventives en Cisjordanie.

La violence est portée à son paroxysme le 25 novembre 1987 quand deux terroristes du Front Populaire de Libération de la Palestine s'infiltrent sur le territoire israélien depuis le Liban, à l'aide de deltaplanes.

Ils tuent six soldats de Tsahal. L'attaque provoque une onde de choc au sein de la population israélienne. L'appareil politique cherche les coupables du côté de la Syrie, sans prendre en compte le niveau élevé des tensions à Gaza et en Cisjordanie.

C'est un accident dans la bande de Gaza, le 8 décembre 1987, qui met le feu aux poudres: un chauffeur de camion israélien heurte un semi-remorque, tuant quatre résidents du camps de réfugiés de Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza.

Des manifestations violentes éclatent dans la nuit dans le camp, alimentées par la rumeur --fausse-- selon laquelle le conducteur avait délibérément provoqué l'accident pour venger la mort d'un proche tué dans un attentat.

Les Palestiniens se servent de cet incident pour déclencher un soulèvement populaire. L'Intifada en arabe.

Les soldats de Tsahal sont pris au dépourvus en raison de l'absence de stratégie claire face à cette guérilla urbaine.


Absence de stratégie

Les gaz lacrymogènes et les tanks de l'armée s'opposent aux pierres des manifestants palestiniens. Les dirigeants israéliens de l'époque mesurent mal la détermination des Palestiniens à prolonger la révolte.

Or, le mouvement dure. Pour y mettre un terme; le gouvernement israélien opte dans un premier temps pour la manière forte. Les morts et les arrestations musclées se multiplient côté palestinien.

Dans le cadre de la repression contre le soulèvement palestinien, Israël élimine Abou Djihad, de son vrai nom Khalil al-Wazir, lors d'une opération conduite par 26 membres des commandos de l'état-major, dans la nuit du 15 au 16 avril 1988, à Tunis, où s'était installée l'OLP, mais le mouvement se poursuit.

Cet affrontement déséquilibré va finir par ternir l'image d'Israël sur la scène internationale.

Pour soigner son image, le ministre israélien de la Défense, Ytzhak Rabin fait libérer en octobre 1990 Faycal Al Husseini, le représentant officieux de l'OLP dans les territoires.

S'ouvre alors une période de négociations intenses chapeautées par les Etats-Unis entre dirigeants israéliens et représentants palestiniens dont Yasser Arafat.

L'ONU réclame des Palestiniens de reconnaitre l'Etat d'Israël. Le chef de l'Organisation de Libération de

la Palestinien exige des Israéliens la reconnaissance des droits des Palestiniens. Mais en marge de ces discussions, la terreur palestinienne s'intensifie sous l'impulsion d'une nouvelle faction armée, le Hamas.

L'organisation fondée par le Sheikh Ahmed Yassine mobilise la rue palestinienne. Il convainc certains jeunes de perpétrer des attaques suicides qiu côuteront la vie à de nombreux Israéliens. L'Intifada prend fin en 1993 avec la signature des accords d'Oslo, qui allaient ouvrir la voie à la création de l'Autorité palestinienne en 1994, présidée par le chef de l'OLP, Yasser Arafat.

En six ans, quelque 1.200 Palestiniens et 150 Israéliens auront perdu la vie, après le durcissement de l'intifada impulsé par le Hamas et le Djihad islamique.

Depuis, une seconde Intifada beaucoup plus meurtrière, "l'Intifada Al Aqsa", marquée par des attentats suicide en Israël et des attaques armées contre des militaires ou des Israéliens vivant dans des implantations de CIsjordanie, a éclaté le 28 septembre 2000.

Commentaires

(0)
8Article précédentAprès Washington, Prague reconnaît Jérusalem-Ouest comme capitale d'Israël
8Article suivantIsraël bombarde des positions du Hamas en réponse aux roquettes sur Sderot