Diplomatie & défense

Kurdistan Israel Logo
Israéliens et Kurdes entretiennent des liens étroits basés sur des intérêts et aussi sur des valeurs communes

Alors que l’Etat irakien est à feu et à sang et rend très probablement son dernier souffle en ce moment même, les Kurdes irakiens continuent de gagner du terrain. La prise de contrôle de Kirkouk, riche en pétrole, il y a quelques semaines, symbolise le début d'une nouvelle ère pour les Kurdes irakiens qui ont pendant des années exigé de Bagdad d’établir leur propre système de partage des bénéfices de l'or noir.

Maintenant les Kurdes ne doivent plus attendre davantage, depuis que dans l’Irak d'aujourd'hui la patience n'est plus une vertu, mais plutôt un défaut. Leur prochaine étape a consisté à exporter le pétrole à des clients potentiels - selon Reuters, la première livraison de pétrole kurde est arrivée au port d'Ashkelon dans le sud d’Israël. Ceux qui observent les relations israélo-kurdes depuis ces dernières décennies n'ont pas été surpris.

Les liens historiques entre Israël et les Kurdes se sont tissés depuis le début des années soixante, lorsque les agents de renseignement israéliens opéraient au Kurdistan irakien et aidaient les autorités locales.

Le niveau de coopération a augmenté de façon significative après la chute de Saddam Hussein, par le biais d’entreprises israéliennes qui ont pénétré le Kurdistan irakien, et par les informations récurrentes des journaux irakiens sur des commandos d’élite israéliens entraînant les peshmergas kurdes.

Cependant, des liens officiels n'ont jamais été mis en place. L’une des raisons de ce décalage réside dans les relations des Kurdes irakiens avec l'Iran, un acteur régional important qui ne voit pas le rapprochement entre les Kurdes irakiens et Israël d’un bon oeil.

C'est peut-être la raison des démentis furieux publiés par le ministère kurde des Réserves naturelles dans le cadre de la vente de pétrole à Israël.

“Nous n'avons jamais vendu de pétrole à Israël, directement ou indirectement”, a déclaré une source au sein du ministère au réseau kurde de médias "Rudaw".

Parallèlement, malgré les similitudes évidentes et les avantages de cette relation, Israël n'a jamais mis en danger ses relations avec la Turquie par une relation trop étroite avec les Kurdes ou un soutien à leur lutte pour l'indépendance. Cependant, maintenant que les circonstances géopolitiques ont changé de manière significative, les deux nations pourraient reconsidérer et réévaluer le cadre de leurs relations.

Les fils d'Abraham

Il y a quelques années, une publication du nom d ' “Israël-Kurde” avait commencé à paraître dans la ville d’Erbil au nord de l'Irak. Le magazine a été publié en arabe et en kurde et incluait de nombreux aperçus sur l'histoire et la politique israéliennes.

Les rédacteurs du magazine ont exprimé l'idée que les Juifs et les Kurdes sont bien davantage que de simples voisins ; ils sont en fait des parents proches qui partagent un ancêtre commun - le patriarche biblique Abraham.

Ce point de vue est largement répandu chez les Kurdes irakiens qui croient que le patriarche Abraham était d'origine kurde.

Mais la fascination à l’égard d’Israël ne s'arrête pas à Abraham.

Beaucoup de Kurdes font le parallèle entre eux-mêmes et Israël, une nation non-arabe encerclée d’ennemis qui s'opposent à son indépendance. Le progrès technologique, la puissante armée et la nature dynamique de la société israélienne magnétisent les Kurdes qui n'ont jamais cessé de rêver d’un Etat kurde indépendant.

Les partisans du rapprochement avec Israël pensent qu'ils ont aussi quelque chose à offrir à l'Etat juif : un partenariat étroit basé non seulement sur ​​des intérêts mais aussi sur des valeurs mutuelles.

Ce partenariat, affirment certains, pourrait créer un nouvel équilibre des pouvoirs au Moyen-Orient et cette évolution serait très bénéfique pour Israël. Dans ce contexte, il est également intéressant de se pencher sur la situation du Kurdistan syrien où les Kurdes tentent eux aussi de mettre en place une région autonome. Un projet de constitution présenté par le PYD (Democratic Union Party, affilié au PKK de Turquie) ne considère pas la charia comme base de la législation, à la différence des constitutions dans les pays arabes.

Alors que les organisations islamiques radicales telles que "L'Etat islamique en Irak et au Levant" (EIIL) deviennent de plus en plus populaires au sein de la population sunnite en Syrie et en Irak, les Kurdes sont généralement attirés par des versions beaucoup plus modérées de l’islam et s'efforcent de tendre vers un Etat moderne où les femmes disposent de droits égaux à ceux des hommes.

La connexion avec Téhéran

Cependant, Israël n'est ni l’allié le plus proche ni le plus important du futur Etat kurde de quelque nature qu’il soit.

Sur le plan économique, le Kurdistan irakien dépend de la Turquie - le pétrole kurde est acheminé vers le port turc de Jihan, la Turquie étant à la fois le marché le plus important pour la production kurde et l'un des plus grand importateurs de marchandises.

Néanmoins, l'Iran est, lui aussi, important pour les Kurdes d’Irak à la fois en tant que voisin immédiat et comme pays comprenant une population kurde non négligeable. Masoud Barzani s’est rendu dernièrement en Iran pour évoquer la progression des djihadistes de l’EEIL en Irak et discuter des mesures à prendre contre les islamistes.L'Iran a intérêt à contenir les Kurdes en Irak pour éviter toute ferveur nationaliste dans ses propres zones à population kurde.

Les Kurdes d’Irak s'efforcent de parvenir à l'indépendance mais préféreraient éviter un affrontement direct avec une puissance régionale telle que l'Iran.

Quel effet ces considérations auront-elles sur les relations entre les Kurdes et Israël?

Pour l'instant, il semble que les parties vont renforcer leurs liens, mais le caractère clandestin des relations devrait être maintenu.

Si les Kurdes irakiens parviennent enfin à l'indépendance, leur Etat, tout au moins au début, sera trop faible et vulnérable pour établir des relations officielles avec Jérusalem.

Par conséquent, pour le moment, une ambassade israélienne à Kirkouk - la ville connue sous le nom de Jérusalem kurde - est peu probable.

Ksenia Svetlova est une experte du monde arabe, analyste au "Mitvim" Institut israélien de Politique Etrangère et contribue à la chaine 9 (télévision russe en Israël)

1 Commentaire

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte
  • popi SOUDURE
    26 Juin 2014 - 10:22

    il y a une minorité kurde qui vit paisiblement en Israël ! leurs fils s'enrollent même dans Tsahal ! et si mes souvenirs sont bons il y a une compagnie de corps d'armée composée uniquement de volontaires kurdes !


    Signaler