Diplomatie & défense

La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini s'exprime devant la presse à Gaza, le 8 novembre 2014
"Il faut un Etat palestinien", a martelé la chef de la diplomatie de l'Union Européenne à Gaza

Thomas Coex (AFP)

La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a plaidé samedi pour un Etat palestinien indépendant, lors de sa première visite à Gaza, où, a-t-elle prévenu, le monde "ne supportera pas" une nouvelle guerre après celle de cet été.

"Il faut un Etat palestinien, c'est l'objectif, et cette position est partagée par toute l'Union européenne", a-t-elle affirmé lors d'une conférence de presse à Gaza, où "le monde ne supportera pas une quatrième guerre", après trois trois offensives israéliennes meurtrières ces six dernières années.

La chef de la diplomatie européenne a par ailleurs estimé un peu plus tard que Jérusalem devait "être la capitale de deux Etats" palestinien et israélien.

Mme Mogherini a affirmé à Ramallah en Cisjordanie que "le défi est de montrer que Jérusalem peut être partagée en paix et dans le respect". Cette déclaration intervient alors que les tensions sont la ville est en proie à de très fortes tensions.

Lors de sa première visite en tant que chef de la diplomatie européenne en Israël, Mogherini a mis en garde vendredi contre le risque d'une nouvelle escalade de violence entre Israéliens et Palestiniens sans une reprise des efforts pour résoudre le conflit.

"Les nouvelles colonies sont un obstacle à nos yeux, mais à nos yeux aussi il y a, ou il peut y avoir, une volonté politique, ainsi que le ministre vient de le dire, de reprendre les discussions", a déclaré Mme Mogherini devant la presse, dans une période de vives tensions à Jérusalem-est.​

"Si nous n'avançons pas sur le front politique, nous risquons de sombrer à nouveau dans la violence", a-t-elle ajouté.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a dit rejeter "l'affirmation sans fondement que les implantations juives sont la racine du conflit israélo-palestinien", en réponse aux déclarations de la chef de la diplomatie européenne.

"La question ne porte pas sur le territoire, mais plutôt sur notre existence même et le refus de reconnaître Israël", a-t-il dit.

"De plus", a ajouté le Premier ministre, "Jérusalem est notre capitale, pas une implantation".

"Nous sommes prêts à négocier directement avec les Palestiniens, à tout moment et n'importe où", a ajouté Avigdor Lieberman.

Don Emmert (AFP)Des pays européens menacent de reconnaître unilatéralement l'Etat palestinien

Un certain nombre de ses pays européen alliés des Etats-Unis menacent de suivre la décision du gouvernement suédois et de reconnaître unilatéralement un Etat palestinien si les efforts pour renouveler les pourparlers de paix entre Israël et les Palestiniens n'aboutissent pas, révèle vendredi, le Wall Street Journal qui se base sur des observations de hauts responsables américains et européens.

"On ne va pas attendre indéfiniment", a ainsi déclaré un haut responsable européen au Wall Street Journal. "D'autres pays européens sont prêts à suivre la Suède", a-t-il ajouté.

Les responsables américains et européens ont prévenu que l'échec des pourparlers directs entre Israël et les Palestiniens se traduira par une nouvelle flambée de violence dans la région, en particulier à Jérusalem, en Cisjordanie et la bande de Gaza.

Selon le rapport, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a rencontré des responsables palestiniens et arabes ces derniers jours pour évoquer la situation actuelle à Jérusalem et l'impasse persistante dans laquelle se trouve le processus de paix.

Une résolution pour la reconnaissance de la Palestine au Sénat français

Stéphane de Sakutin (AFP)Le 30 octobre, le gouvernement suédois a officiellement reconnu l'Etat de Palestine, dans une décision qualifiée d"'inutile" et "malheureuse" par Israël, qui a rappelé son ambassadeur à Stockholm.

La ministre suédoise des Affaires étrangères Margot Wallström, a déclaré que le pays scandinave avait pris cette décision car, selon elle, les critères du droit international nécessaires à cette reconnaissance étaient remplies.

"C'est un territoire, il y a un peuple et un gouvernement", a-t-elle déclaré.

Le Sénat français a annoncé qu'il votera le 11 décembre une proposition de résolution demandant à la France de reconnaître l'Etat palestinien, ont annoncé jeudi les sénateurs communistes, à l'origine de cette initiative.

Le Sénat français a la faculté de voter des résolutions à caractère général, sur tout sujet. Contrairement aux lois, les résolutions n'ont pas de valeur contraignante. Elles marquent l'expression d'un souhait ou d'une préoccupation.

(i24news avec AFP)

6 Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte
  • michel boissonneault
    09 Novembre 2014 - 05:58

    peux-être que cette Mme Mogherini est de bonne volonté pour trouvé une solution a la paix durable entre juifs et palestiniens ..... mais elle connait pas les manoeuvres de mauvaise foi des palestiniens EX: il y a quelque année il y a eu les mêmes chantages si israel ne quittaient pas gaza .... finalement israel a quittez gaza et en bon signe de paix du hamas... des milliers de missilles lancer sur israel.... israel a été berner une fois de trop maintenant il faut faire aucune concèssion.... je suis désolé si je suis partial pour israel


    Signaler
  • Claude HAMON
    09 Novembre 2014 - 00:21

    Alors qu'on fête le 25éme anniversaire de la destruction du "Mur de Berlin"

    Barack Obama appelle le monde à retenir les leçons de la chute du Mur de Berlin

    Le président Barack Obama a appelé vendredi le monde à retenir les leçons de la chute du Mur de Berlin, il y a 25 ans.

    Berlin a donné vendredi le coup d'envoi des célébrations des 25 ans de l'ouverture du Mur, le 9 novembre 1989, qui culmineront dimanche avec une grande fête destinée à marquer cet événement historique, prélude à la Réunification allemande onze mois plus tard. "Comme de nombreux Américains, je n'oublierai jamais les scènes de ces habitants de Berlin-Est descendant courageusement dans la rue (...) et faisant tomber ce mur qui, pendant si longtemps, les avait séparés de leurs familles, de leurs amis et du monde libre", écrit le président américain.

    "Vingt-cinq ans plus tard, nous célébrons les progrès rendus possibles par les événements de cette nuit de novembre", poursuit-il. "L'Europe est plus intégrée, plus prospère et plus sûre". "Mais, comme nous le rappellent les actes de la Russie contre l'Ukraine, nous avons encore du travail à faire pour réaliser pleinement notre vision commune d'une Europe unie, libre et en paix", ajoute-t-il. "En Europe et au-delà, partout là où les citoyens essayent de prendre en main leur destin, nous serons guidés par les leçons de Berlin".

    Voilà que le MONDE ENTIER veut ériger un nouveau MUR,.... Celui de JERUSALEM !


    Signaler
  • Sylvain Weiller
    08 Novembre 2014 - 23:36

    Une seule capitale dans le monde a été partagée ... BERLIN ! Et on veut nous faire subir le même sort qu'à l’Allemagne nazie ? OUI !
    Jérusalem est notre capitale et comme son épouse on ne la partagera jamais !
    Quand à avoir un état avec des DEVOIRS et des RESPONSABILITÉS il est sûr qu'aucun des mafieux au pouvoir chez les Palestiniens n'en voudrait dans ses pires cauchemars ! Plus possible alors de s’enrichir personnellement à millions !! Le seul but est de nous exterminer...


    Signaler
  • Jean Luc Piro-Attali
    08 Novembre 2014 - 22:29

    Ce n'est pas le rôle du sénat de s'occuper de ce genre d'affaire, d'ailleurs il serait temps de le supprimer.
    Quand à l'Europe elle n'existe pas, ou plutôt juste pour pomper l'argent de ces fous d'états qui ont fait semblant d'y croire. Cela ne tiendra pas.
    Maintenant concernant I24 vous serait-il possible de nous éviter la présence de cette "sénatrice" Esther Benbassa, elle n'apporte rien juste à ns faire monter la tention. Merci


    Signaler
  • liliane smolikowski
    08 Novembre 2014 - 20:00

    Où est la démocratie? Et le respect pour un chef d'Etat de la seule démocratie du Moyen Orient?

    Comment une personne qui n'est pas élue peut-elle s'adresser à Netanyahou comme representante de l'Europe et lui dire comment doit être la capitale d'Israel?

    Elle peut le dire, mais elle ne doit pas s'attendre à être écoutée.

    Son premier pas doit être d'essayer de comprendre le Moyen Orient, auquel elle ne comprend rien pour l'instant.


    Signaler
  • Dan Mdaniel
    08 Novembre 2014 - 18:42

    Le premier Ministre lui a bien répondu a cette Italienne, elle nous a fait croire comme beaucoup d'Européens qu'elle soit partial envers Israel et les palestiniens et bien non elle veut fait la même politique qu'Asthon l'Anti-Israelien. Jérusalem est la Capital d'Israel comme le premier Ministre lui a dit. Mais elle insiste et même insiste les palestiniens a des confrontations si nous ne fessons pas ce qu'Ils veulent. Que le pays de l'Europe reconnaisse un pays mais c'est nous qui le déciderons et pas eut. Nous retirerons nos Ambassadeur aveux qui ferons comme la Suède. Israel ale droit de se défense contraire a se qu'ils veulent. Nous survirerons a leurs menaces.


    Signaler