Diplomatie & défense

La police a lancé un appel auprès de la population pour l'aider à localiser le terroriste

L'auteur de la fusillade au cours de laquelle deux personnes ont été tuées et sept autres blessées à Tel-Aviv vendredi a été identifié comme étant Nashaat Melcham, un Arabe israélien de 31 ans, originaire du village de Wadi Ara (nord).

Selon les médias israéliens, Melcham a été condamné en 2007 à cinq ans de prison pour avoir attaqué un soldat. Son père, qui l'a reconnu sur des vidéos de surveillance, l'a dénoncé auprès des autorités.

La police a lancé un appel auprès de la population pour l'aider à le localiser.

Dans l'après-midi, des policiers israéliens et des agents du Shin Bet (service de sécurité intérieure israélien) ont perquisitionné la maison du terroriste et arrêté son frère.

Channel 10 news

"La police continue à chercher la personne soupçonnée du meurtre de deux Israéliens dans le centre de Tel-Aviv", a par ailleurs indiqué à l'AFP Micky Rosenfeld, son porte-parole. "Des barrages routiers ont été mis en place en différents endroits", a-t-il ajouté.

M. Rosenfeld a estimé qu'il existait "une forte probabilité qu'il se soit agi d'une attaque terroriste", mais, a-t-il ajouté, "nous n'excluons pas la motivation criminelle".

La police israélienne ratisse toute la région, passant au peigne fin les zones industrielles, les chantiers de construction et les entrepôts abandonnés.

Un haut responsable sécuritaire a confié à i24news que le suspect est défavorablement connu des services de police puisqu'il a un casier judiciaire. Des membres de sa famille l'ont décrit comme "mentalement dérangé". Il serait devenu dépressif après que son cousin, impliqué dans une affaire de terrorisme, a été tué par les forces de sécurité israéliennes.

L'homme a tué deux Israéliens et semé la terreur vendredi après-midi dans le centre de Tel-Aviv en ouvrant le feu à l'arme semi-automatique sur des clients attablés à des terrasses de café rue Dizengoff.

Jack Guez (AFP)

Le tireur a utilisé une arme, volée à son père, employé dans la sécurité, selon le quotidien israélien Haaretz. Des vidéos de surveillance montrent un homme arborant des lunettes faire posément des achats dans un magasin d'aliments diététiques, sortir une arme de son sac à dos, se poster sur le pas de la porte et ouvrir le feu à bout portant sur les clients du Simta, le bar voisin.

L'homme aurait poursuivi son chemin selon les témoignages et fait feu 150 mètres plus loin sur la terrasse d'un deuxième établissement où de nombreuses personnes, malgré le temps maussade, savouraient les heures précédant le Shabbat, le long de cet axe très fréquenté de Tel Aviv. Il a ensuite pris la fuite à pied.

Le gérant du Simta, Alon Bakal, 26 ans, et Shimon Ruimi, 30 ans, ont succombé à leurs blessures. Sept autres personnes ont été blessées, dont deux gravement, selon les secours.

Screenshot/ Facebook

"Rien ne permet de dire de manière définitive qu'il s'agit d'un acte nationaliste", autrement dit terroriste, a déclaré sur la deuxième chaîne de télévision du pays le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan.

"Je ne suis pas sûr que ceci fasse partie de la vague actuelle de terrorisme", a-t-il dit en faisant référence aux attaques de Palestiniens. Les pistes criminelles et personnelles sont toujours examinées, a-t-il ajouté.

Israël a été épargné jusqu'alors par des attaques du groupe Etat islamique (EI) mais ce dernier a proféré des menaces explicites au cours des dernières semaines, allant jusqu'à publier des messages en hébreu.

karinehall pour #i24NEWS

La police reste toujours réservée sur les motivations de l'auteur de la fusillade, survenue en pleine vague d'attentats anti-israéliens commis par des Palestiniens, et dans un contexte de menaces du Hezbollah libanais et des djihadistes.

Les enquêteurs n'écartent donc pas la piste islamique avec l'hypothèse que l’attaque pourrait avoir été lancée par une personne résidant à Tel-Aviv, connaissant bien la ville et influencée par les appels au djihad du groupe Etat islamique. Ces suppositions se basent sur l'observation de la méthode employée (le tir dans la foule) et sur le fait qu’un exemplaire du Coran a été découvert dans un sac à dos abandonné par le tueur.

"Souvenez-vous qu’il y a moins d’une semaine, Abou Bakr el Baghdadi, le "calife" autoproclamé de cette organisation terroriste, a promis que la Palestine "deviendra un cimetière pour les Juifs". Or, il existe au sein de la communauté arabe d’Israël ainsi que des dizaines de milliers de Palestiniens résidant clandestinement chez nous, quelques noyaux sensibles à ces théories. Il suffit que l’un ou l’autre sympathisant de la cause ait décidé de passer à l’action pour que cela fasse des morts", a affirmé Sharon Blum, un ancien officier du Shin Bet, les services de la Sécrurité intérieure israélienne. "Cette thèse est la seule plausible car la mafia israélienne n’opère pas de cette manière. Certes, elle procède également à des "liquidations" en pleine rue mais pas en tirant au hasard dans la foule", a -t-il poursuivi.

Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, ennemi juré d'Israël, a quant à lui promis de venger la mort du terroriste Samir Kuntar, une figure du mouvement chiite libanais tuée en décembre en Syrie dans un raid imputé à Israël selon le Hezbollah.

Quelques heures après la fusillade de Tel Aviv, cinq roquettes ont été tirées par des Palestiniens depuis la bande de Gaza contrôlée par le Hamas. Ce dernier s'est félicité de l'attentat de la rue Dizengoff sans toutefois le revendique. Les roquettes ont frappé le sud du territoire israélien sans faire de victimes ni de dégâts, a-t-on appris vendredi soir de sources militaires.

Ces tirs ont été suivis tôt samedi matin par des attaques de l'aviation israélienne contre plusieurs sites du mouvement terroriste islamiste Hamas dans la bande de Gaza,selon des sources de sécurité palestiniennes.

1 Commentaire

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte