Quantcast

Israël: Avi Gabbay remporte les primaires du Parti travailliste

Ex-businessman Avi Gabbay, won the leadership of Israel's Labour party at electipn runoffs beating longtime politician and former party leader Amir Peretz
JACK GUEZ (AFP)
Il est désormais le nouveau chef de l'opposition avec 52% des voix

Avi Gabbay a remporté lundi soir les primaires du Parti travailliste avec 52% des voix contre 48% pour son adversaire Amir Peretz, un ancien chef du parti.

Ce cinquantenaire au phrasé discret n'a en effet rejoint le parti travailliste qu'en décembre dernier, peu après sa démission du gouvernement de Benyamin Netanyahou où il était ministre au nom du parti centriste Koulanou.

Ce novice au sein de la principale formation de l'opposition avait créé la surprise en se qualifiant au premier tour des primaires après être arrivé juste derrière Amir Peretz.

Le principal parti d'opposition en Israël tente de sortir d'une phase de déclin marquée par le départ de ses partisans pour des partis centristes ou de droite.

Les bureaux de vote ont ouvert à 11h00 locales (08h00 GMT) et ont fermé à 21h00 (18h00 GMT).

Pour ses partisans, le profil d'hommes d'affaires et de centriste modéré d'origine séfarade (juifs orientaux) a séduit des électeurs avides d'une "renaissance" du parti en perte de vitesse.

Avi Gabbay n'a jamais été membre du Parlement israélien.

Sa carrière professionnelle a débuté au sein du prestigieux département du budget du ministère des Finances. Il est ensuite passé à Bezek, un important opérateur de télécommunications où il est devenu directeur général.

En 2014, il fait son entrée en politique en se ralliant à Moshé Kahlon, un ministre qui avait quitté le Likoud de M. Netanyahu pour former un parti de centre-droit Koulanou.

Cette nouvelle formation a remporté 10 sièges sur 120 aux élections de 2015 et est entrée dans la coalition dirigée par Benjamin Netanyahu. Avi Gabbay prend du galon et devient alors ministre de l'Environnement.

Mais à ce poste il se retrouve isolé en s'opposant à un très important accord d'exploitation de gaz naturel en Méditerranée conclu entre Israël et un consortium dirigé par un groupe américain. Selon lui, cet accord ferait la part trop belle au consortium et ne prendrait pas "en compte les intérêts" d'Israël.

Il claque la porte du gouvernement en décembre 2016 pour protester cette fois contre la nomination d'Avigdor Lieberman au poste clé de la Défense en arguant qu'une telle décision mettait en danger la sécurité du pays.

Quelques mois plus tard, alors que Koulanou reste dans la majorité, il rejoint le parti travailliste en expliquant que cette formation représentait "une véritable alternative" au gouvernement de Benyamin Netanyahou au pouvoir sans discontinuité depuis 2009.

Dans une libre opinion publiée par le quotidien Yediot Aharonot, Avi Gabbay, est présenté comme quelqu'un "qui cache derrière une innocente apparente un homme d'affaires affuté et rusé".

Cet homme d'humble origine a grandi dans une famille venue du Maroc installée dans un quartier déshérité de Jérusalem.

Ses capacités intellectuelles lui ont permis d'intégrer une unité des renseignements lors de son service militaire au cours duquel il s'est hissé au rang de commandant. Après avoir quitté l'uniforme, il a étudié l'économie et la gestion à l'Université hébraïque de Jérusalem.

Sur la question du conflit israélo-palestinien, il appelle à la création d'un Etat palestinien démilitarisé au côté d'Israël et se dit favorable à des échanges de territoires qui permettraient à Israël dans le cadre d'un accord de paix d'annexer les grands blocs d'implantations en Cisjordanie.

Il insiste aussi sur l'importance d'améliorer la situation économique dans les Territoires. "Le conflit peut être résolu" et pour y parvenir "il nous faut une direction courageuse et déterminée qui ne soit pas impliquée dans les coups médiatiques et ne sème pas la division".

Il est marié et père de trois enfants.

(avec agence)

Commentaires

(0)
8Article précédentIsraël/parti travailliste: Peretz et Gabay élus au second tour des primaires
8Article suivantIsraël/primaire travailliste: Avi Gabbay, une victoire "Macronienne"?