Quantcast

Netanyahou sera inculpé pour corruption, assure l'ancien ministre Ya'alon

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou et le ministre de la Défense Moshe Ya'alon
REUTERS
"L’idée d’acquérir des sous-marins et des navires de guerre dont on n’a pas besoin ne vient pas de moi"

L'ancien ministre israélien de la Défense Moshe Ya'alon, a sévèrement critiqué le Premier ministre Benyamin Netanyahou dans l’affaire des sous-marins allemands surnommée "cas 3.000" lors d’une interview donnée mardi à CNN.

"Trop de dossiers font l'objet d’enquêtes en cours. Je crois qu’à la fin nous assisterons à une mise en examen", a-t-il déclaré en faisant référence aux enquêtes liées à M. Netanyahou.

Le témoignage de Ya’alon intervient au lendemain de l’arrestation de six individus soupçonnés de corruption, de fraude, d'infraction fiscale et de blanchiment d'argent, dans le cadre de cette affaire ayant permis à l'Allemagne de vendre trois sous-marins à Israël.


Affaire de sous-marins allemands: sept suspects... by i24news-fr

Pour ce ministre démissionnaire, qui a claqué la porte du gouvernement l’année dernière en partie à cause des affaires de corruption, Netanyahou a influencé la vente à Israël de sous-marins du conglomérat allemand ThyssenKrupp, faisant fi des procédures requises dans le cadre de tels contrats.

En exercice à l’époque, Ya’alon a affirmé à plusieurs reprise qu’il s’était "férocement opposé" à cette signature, pointant du doigt les relations étroites et "troublantes" entre le Premier ministre et son avocat personnel Me David Shimron, également représentant du groupe ThyssenKrupp, et dont le nom a été autorisé mercredi à paraître dans le dossier.

"L’idée d’acquérir des sous-marins et des navires de guerre dont on n’a pas besoin ne vient pas de moi, tout comme d'autres choses que j'ai pu découvrir après mon départ du ministère de la Défense et que je n’avais pas demandé", a-t-il déclaré.

JACK GUEZ (AFP)

Il s’agit d’accusations "sans fondements", a répliqué un responsable du bureau du Premier ministre dans un communiqué.

"Malheureusement, il a transformé les divergences politiques en une campagne de diffamation contre le Premier ministre", a-t-il dénoncé, soulignant les tentatives "d’entacher les décisions" de M. Netanyahou concernant des achats du département de la Défense.

"Mais le bureau du procureur général a clairement déclaré que le Premier ministre n’était pas soupçonné dans cette affaire. Le Premier ministre est guidé par une seule considération: assurer la sécurité d’Israël", a-t-il assuré.

Le procureur général Avichai Mandelblit a en effet déclaré publiquement que le Benyamin Netanyahou était entendu comme simple témoin.

Commentaires

(3)

je pense que Mr Nataniahou a maltraité Mr Ayalon pour des questions purement électorales. je crains hélas que Mr Nataniahou sera rattrapé par l'affaire des sous-marins d'après Bouba,il a fait acheter des sous marins dont on n'aurait pas besoin? si c'est prouvé c'est très grave .Qui pourra être un premier ministre avec la stature de BiBi? Mr Ayalon est profondément honnête mais il fait ces révélations par dépit et par vengeance .Mais, nous n'avons pas dans notre pays de personne honnête compétente avec une stature de premier ministre Mr Ben Gourou poussait la brouette dans son kibboutz de sdé boker Mme Golda Meier faisait le thé d'ans sa maison et le servait elle même à ses ministres quand elle les invitait... je ne sais pas quoi dire sinon que je suis attristé. Aaretz.

SOVLANI

Pendant tout le temps qu'il était Ministre il ne voyait rien , ne lisait pas la Presse, ne regardait pas la télévision, ne répondait pas aux questions si intéressante des media à ce sujet, il fait penser aux trois singes, je ne vois rien, je n'entends rien, je ne suis pas coupable, comme un ancien Premier Ministre qui lui aussi était blanc dans une affaire de sang contaminé!

goliat

La jalousie est un vilain défaut

8Article précédentIsraël: le parti travailliste devance le parti centriste Yesh Atid (sondage)
8Article suivantHerzog accepte la proposition de Gabbay de rester chef de l'opposition