Quantcast

L'ex-adjoint de Netanyahou a été payé par un groupe lié au milliardaire Lauder

Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu and Ari Harow, in Jerusalem, September 8, 2016.
Dan Balilty/AP
Ari Harrow a accepté de coopérer avec la justice dans deux affaires de corruption présumée visant le PM

Ari Harow, l'ancien collaborateur du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, qui a accepté vendredi de coopérer avec la justice dans deux affaires de corruption présumée menaçant d'éclabousser le chef de gouvernement, aurait touché 105.000 USD (93.072 EUR) pour une mission de consultant auprès d'un groupe lié au milliardaire juif-américain Ronald Lauder, au moment de quitter le bureau du Premier ministre.

Selon le quotidien Haaretz, le contenu de la mission qu'Ari Harow reste flou. Celui-ci a été rémunéré par le groupe américain One Jerusalem, dont l'objectif déclaré est "de garder Jérusalem unis, et sous souveraineté israélienne". La somme révélée est considérée comme particulièrement élevée pour l'organisation et constituait une part importante de son budget en 2010, a rapporté le quotidien israélien.

Peu après sa démission de son poste chef de bureau de Netanyahou en 2010, Harrow, qui a aussi la nationalité américaine, a fondé la société de conseil 3H Global en 2010.

Les policiers soupçonneraient une magouille dans la cession de cette société qu'il était censé avoir revendue en devenant son chef de cabinet en 2014.

Ari Harow avait été arrêté en 2015 à l'aéroport de Tel-Aviv à son retour de l'étranger. Ses agissements présumés sont passibles d'une peine de prison que lui épargnerait l'accord passé vendredi. En échange de sa loquacité, il serait condamné à du travail d'intérêt général et à 700.000 shekels d'amende (163.000 euros), ont écrit les quotidiens Haaretz et Yedioth.

Selon Haaretz, au moment de sa rémunération par One Jerusalem, qui a depuis adopté le nom d'"Américains pour Jérusalem", le directeur de l’organisation était Allan Roth, un des plus proches associés de Lauder, lequel est depuis 2007 président du Congrès juif mondial.

Attila Kisbenedek (AFP/Archives)

Roth est également le président de l'ONG conservatrice Secure America Now, qui s'est opposée à la réélection de l'ancien président américain Barack Obama et à l'accord nucléaire iranien de 2015.

One Jerusalem a également financé l'ONG israélienne de droite, Im Tirzu, ainsi que l'organisation Shining City, dont plusieurs directeurs ont été liés à Netanyahou.

Alors que Lauder était considéré comme un ardent défenseur du Premier ministre pendant des années, les deux hommes se seraient disputés il y a six ans, après le refus de Lauder de censurer un reportage sur la chaîne Channel 10 - qu'il possède en partie - sur la corruption présumée du Netanyahou et de son épouse, Sara.

Bien que la somme importante versée à Harow soit considérée comme inhabituelle, Haaretz ne rapporte aucune irrégularité dans la rémunération.

Faire "avancer les choses"

Dans le cadre de l'accord visant à lui donner le statut de témoin de l'État, Harow aurait incriminé Netanyahou dans l'enquête qui cible un accord secret présumé avec le propriétaire du journal Yedioth pour une couverture positive de la part du journal, en échange de laquelle il aurait aidé à réduire les opérations d'Israel Hayom, concurrent du Yedioth.

Channel 2 révèle que Harow a déclaré à la police que Netanyahou lui a demandé de faire "avancer les choses" définies dans les conversations entre lui et Mozes.

L'autre des enquêtes repose sur le soupçon que M. Netanyahou aurait reçu, illégalement, des cadeaux de personnalités très riches, dont le milliardaire australien James Packer et un producteur à Hollywood, Arnon Milchan. La valeur totale de ces cadeaux a été chiffrée par les médias à des dizaines de milliers de dollars.

Un document de police, rendu public accidentellement selon la presse, est venu confirmer jeudi que ces investigations visaient des faits présumés de corruption, fraude et abus de confiance.

Commentaires

(0)
8Article précédent"Je ne veux pas faire tomber Netanyahou" (Ari Harow)
8Article suivantNetanyahou: "La gauche et les médias tentent de perpétrer un coup d'Etat"