Quantcast i24NEWS - Plus de 100.000 € réunis pour libérer un Israélien emprisonné dans un pays arabe

Plus de 100.000 € réunis pour libérer un Israélien emprisonné dans un pays arabe

Image d'illustration
AFP
Hassin est accusé d'avoir tué un chauffeur de taxi après que celui-ci l'a menacé en apprenant qu'il était juif

Le père d'un Israélien détenu dans un pays arabe, dont le nom n'a pas été révélé, a réussi à réunir presque toute une somme requise pour payer la rançon exigée en moins de 24 heures grâce à une campagne de financement sur internet, a indiqué mercredi le groupe d'intervention d'urgence ZAKA.

L'organisation avait lancé mardi une campagne de crowdfunding sur le site du Chesed Fund pour sauver Ben Hassin, 21 ans, emprisonné depuis juin 2015 dans un pays arabe avec lequel Israël n'a pas de relations diplomatiques, et qui a été accusé d'avoir tué un chauffeur de taxi après que celui-ci l'aurait menacé de le tuer en découvrant qu'il était juif.

Ben Hassin, qui a également la nationalité canadienne, s'était rendu dans le pays en question pour rendre visite à ses grands-parents. Mais durant son voyage, il a décidé de se porter volontaire pour lutter contre les djihadistes de l'Etat islamique.

Son père, Ilan Hassin, qui a imploré les Israéliens sur la chaîne Arutz 2 de lui venir en aide, a expliqué que le jeune homme était susceptible d'être condamné à 25 ans d'emprisonnement ou à la peine de mort, à moins qu'il ne puisse donner 120.000 dollars à la famille du chauffeur de taxi.

Le paiement à la famille en échange de son pardon pour la mort du chauffeur est une pratique qu'il a décrite comme faisant partie de "la culture" de certains pays.

Mercredi soir, 2.100 donateurs avaient donné 114.000 dollars (106.000 euros) sur les 120.000 dollars (112.000 euros) requis.

Selon le père de Ben Hassin, la sentence doit être prononcée dimanche.

Lors de son appel sur Arutz 2, Ilan Hassin a fait écouter l'enregistrement d'une conversation téléphonique avec son fils, dans laquelle celui-ci s'exprime en anglais depuis sa prison, et où il affirme avoir été battu et torturé. On entend le jeune homme raconter que ses geôliers lui ont arraché les ongles.

Certains détails de cet épisode avaient été révélés en novembre par le ministre délégué à la Coopération régionale Ayoub Kara (Likoud), dans une vidéo publiée sur Facebook.

Mais en raison de la sensibilité de la question, et afin d'assurer la sécurité de Hassin et de sa famille, l’armée avait ordonné à Kara de supprimer la vidéo.

La décision d'autoriser la publication des détails de cette affaire à être publiée a été prise après qu'Ilan Hassin a demandé au ministère des Affaires étrangères de lever la censure pour permettre de lever des fonds pour la libération de son fils, selon le quotidien Israel Hayom.

Le porte-parole adjoint du ministère des Affaires étrangères, Eitan Weiss, a déclaré à Israel Hayom que d'autres détails de l'affaire ne pouvaient être rendus publics par crainte que "les terroristes islamiques ne découvrent qu'il y a un Israélien en prison (de ce pays)".

"Nous espérons que le père de [Hassin] réussira à rassembler l'argent pour permettre à son fils de rentrer chez lui le plus rapidement possible", a-t-il ajouté.

Commentaires

(0)
8Article précédentCorruption: la police dit détenir des preuves "irréfutables" contre Netanyahou
8Article suivantIsraël se dirige vers la dépénalisation du cannabis