Quantcast i24NEWS - Israël se dirige vers la dépénalisation du cannabis

Israël se dirige vers la dépénalisation du cannabis

Des personnes se renseignent sur le cannabis, le 18 juin 2002 à Lyon
JEAN-PHILIPPE KSIAZEK (AFP/Archives)
Le ministre Gilad Erdan a retenu les conclusions d'un groupe chargé de travailler sur l'usage du cannabis

Le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan a déclaré jeudi qu'il comptait appuyer la dépénalisation de la consommation de cannabis en Israël, adoptant les conclusions d'un groupe qu'il avait chargé de plancher sur le sujet, rapporte jeudi le quotidien Haaretz.

Une telle mesure exige cependant l'approbation du cabinet du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, car son application éventuelle doit être coordonnée avec d'autres ministères, a déclaré M. Erdan.

Mais, selon les médias, la ministre de la Justice Ayelet Shaked a déjà indiqué qu'elle soutenait la dépénalisation de la consommation de drogues douces.

Le groupe d'experts nommé par le ministre a recommandé de privilégier les amendes et les campagnes de sensibilisation au dépend des poursuites pénales, celles-ci ne devant être menées qu'en dernier recours

Le groupe a également recommandé de donner une amende de 1.000 shekels (250 euros) à une personne prise en possession de cannabis pour la première fois, sans que cela soit notifié dans le casier judiciaire.

L'amende serait doublée pour une deuxième infraction, et si le contrevenant est pris pour la troisième fois, le traitement de l'affaire serait soumis au jugement des policiers. Ce n'est que s'il est pris pour la quatrième fois que le contrevenant pourrait être poursuivi pénalement.

Le ministre a précisé que de telles mesures s'appliqueraient aux cas de de consommation de cannabis dans les lieux publics.

Erdan a également indiqué que la politique de répression contre les consommateurs de cannabis en Israël devait être réexaminée, aussi en raison des efforts de légalisation dans de nombreux pays.

AFP

La député travailliste Shelly Yacimovich a accueilli avec satisfaction l'annonce d'Erdan.

"La consommation de cannabis tombe dans le domaine des libertés individuelles, là où l'État n'a aucune raison d'intervenir, car elle ne provoque pas de dommages", a-t-elle dit. "Ce qui est absurde, c'est que l'alcool, qui est nocif et génère de la violence, est autorisé", a-t-elle ajouté.

Pour Tamar Zandberg, députée du parti Meretz (gauche), qui préside la commission parlementaire sur l'abus des drogues et de l'alcool, la décision d'Erdan est "juste et courageuse", et représente un "grand pas en avant".

Les recommandations visant à changer l'approche juridique du cannabis en Israël sont basées sur une approche centrée sur la santé, notamment pour des cas de consommation personnelle. Un tel modèle concernant les stupéfiants prévaut notamment déjà au Portugal.

Mardi, la police a présenté aux députés des statistiques indiquant une forte baisse des arrestations de consommateurs de cannabis au cours des cinq dernières années.

Devant la Knesset, le chef du département de recherche sur les drogues de la police, Keren Lerner, a déclaré qu'entre 2010 et 2015, le nombre d'affaires pour consommation personnelle de cannabis, est passé de 4 967 en 2010 à 3 425 en 2015.

55% des dossiers concernant des adultes, 60% des cas concernant des mineurs ont finalement été clos.

En Israël, la consommation récréative de cannabis est jusqu'à présent illégale. Mais l'Etat autorise et encourage depuis 10 ans le cannabis thérapeutique pour les patients atteints de cancer, d’épilepsie, de stress post-traumatique ou de maladies dégénératives.

Commentaires

(2)

A t'on vraiment besoin de cette merde en israel ?

Oui, pour de pénaliser, l'herbe et le haschich, qui pourraient être vendus dans des (coffee shop). Oui,également pour des maisons closes,au lieu de cette prostitution. En plus nous vivons dans un monde où un antisémitisme souvent réel, parfois latent, est présent. pour moi,israel doit être encore plus puissant (sans ce vendre à autrui) pour moi,malgré cet  antisémitisme, israel doit donner sa définition de la paix. pour moi,il faut partir de fait concrets. un quatorzième de la population mondiale travaillent dans la fabrication d'armes, l'espionnage, les armées. les spécialistes estiment à trente milliards de dollars, leurs dépenses quotidienne. il y a cent quatre vingt sept pays, chacun allant sa direction, cherchant son intérêt, avec leurs propres extrémismes. même si tout les dirigeants des pays,ce réunissaient, il seraient pris dans leurs histoires, et dans le système ou nous vivons, ne pourraient, sortir de leurs sillons. N'importe quel personne peut comprendre cela. (il faut sortir de ce principe ). 10 000 soldats de chaque pays,réunis, et repartir, peuvent,commencer à désarmer la terre. cet un exemple, pareil pour la médecine, la nourriture... des exemples parmi milles :dans soixante années, le niveau de la mer,va montée, et plus de cent cinquante millions de personnes n'aurons plus de sol ou habiter,la famine,les besoins médicaux, les abeilles, la pollution il faut reconstruire un monde à l'échelle de l'homme ,ou chaque régions à son utilité pour soi et les autres. dieu nous prouve qu'il ne désire que des hommes et des femmes qui l'aiment et qui aiment son pays. Israël doit montrer sa force. nous devons construire se monde,et remercier hachem en reconstruisant son temple.

8Article précédentPlus de 100.000 € réunis pour libérer un Israélien emprisonné dans un pays arabe
8Article suivantIsraël: le ministre de l'Intérieur approuve l'accueil d'enfants syriens