Des Israéliennes et des Palestiniennes échangent sur la paix à Tel-Aviv

Israeli and Palestinian women hold peace talks on the streets of Tel Aviv, May 19, 2017
i24NEWS
Une délégation de Cisjordanie est venue à Tel-Aviv pour des pourparlers de paix dans le cadre d'un congrès

Alors que les affrontements entre les forces de sécurité israéliennes et les Palestiniens ont éclaté vendredi à travers la Cisjordanie et la Bande de Gaza, quelque 150 Palestiniennes et israéliennes se sont rassemblées sur le boulevard Rothschild, dans le centre de Tel Aviv, pour engager des négociations publiques afin de trouver une solution au conflit israélo-palestinien.

La conférence des femmes, qui a accueilli une délégation de palestiniennes de Cisjordanie, a été organisée par le "Congrès du Peuple", une organisation qui facilite les séances de négociations publiques entre Palestiniens et Israéliens afin d'encourager les citoyens à contribuer au processus de paix.

Vingt tables étaient présentes sur ce boulevard animé de la ville blanche et les participantes dynamiques ont échangé des histoires sur leurs difficultés personnelles et ont entamé un débat.

Chaque table disposait d'un traducteur et d'un modérateur dont le travail consistait à aider les participants à trouver des solutions concrètes et de s'assurer que toutes les voix soient entendues. "J'espère que ce sera la première étape vers une solution", a déclaré Shushu Barak, l'une des modératrices.

Barak provient d'un kibboutz et a passé sa vie professionnelle dans le commerce, mais elle a voulu s'impliquer dans des séances de dialogue il y a deux ans.

"Je me suis rendu compte que nous avons commis une erreur en 1967", a affirmé Mme Barak, dans l'espoir que les échanges mèneront à "une meilleure compréhension mutuelle".

i24NEWS

Alors que beaucoup de femmes israéliennes ont exprimé des inquiétudes quant à leur sécurité personnelle, les Palestiniennes ont partagé leurs difficultés affectant leur vie quotidienne en Cisjordanie sous le contrôle militaire des Forces de défense israéliennes.

Les difficultés ont été mises en évidence lorsque la délégation palestinienne est arrivée trois heures en retard en raison des affrontements en cours en Cisjordanie, qui ont mis l'armée israélienne en alerte avec des mesures de sécurité accrues.

Beaucoup de femmes ont fait de grands efforts pour obtenir des permis d'entrée en Israël et la délégation entière a été retardée par les forces de sécurité israéliennes au point de contrôle.

Plusieurs femmes ont également été refusées et n'ont pas pu participer. "Nous voulons la paix et nous sommes contre la violence", a déclaré Samah, une femme de Naplouse qui a demandé à ne pas être photographiée par crainte de représailles à son retour en Cisjordanie après des rencontres avec des Israéliens.

"Nous perdons des membres de notre famille exactement de la même façon dont vous perdez les vôtres", a-t-elle lancé. Entourée d'un cercle de femmes israéliennes et palestiniennes, Samah a affirmé que les deux parties étaient "fatiguées" du conflit.

"Assez de ce conflit", a-t-elle martelé. "Nous devons y mettre fin. Nous voulons vivre en paix normalement et, au-delà de tout cela, nous voulons vivre comme des êtres humains. C'est la chose la plus importante," a-t-elle ajouté.

i24NEWS

Pour Samah, c'était sa première fois à Tel-Aviv et sur le territoire israélien. Elle a admis qu'elle avait peur de faire le voyage car elle ignorait comment cela se passerait.

"Je n'ai plus peur", a-t-elle expliqué, ironiquement. Elle passe beaucoup de temps entourée de soldats mais, ici, sur le boulevard entouré d'un groupe de femmes partageant les mêmes idées, elle se sentait bien plus protégée qu'elle ne l'avait jamais été.

"Je sais que rien ne se passera parce que vous êtes tous autour de moi", a-t-elle dit.

Alors que les discussions ont commencé avec des sujets de terrain d'entente comme la volonté de paix et le besoin d'une meilleure éducation des deux côtés, des paroles hostiles ont également été échangées.

"Israël est démocratique, donc si vous voulez la paix, vous pouvez l'avoir", a déclaré une Palestinienne, qui a préféré garder l'anonymat.

"Quand Israël veut quelque chose, il le fait. Qu'attendez-vous?". Elle a demandé aux femmes israéliennes dans le cercle d'utiliser leur droit démocratique et de faire pression sur le gouvernement israélien.

"Nos voix ne sont pas entendues, mais la vôtre l'est", a-t-elle répliqué.

i24NEWS

"La paix, la consolidation de la paix et le maintien de la paix"

Le Dr Sapir Handelman, un académicien israélien et lauréat du prix Peter Becker pour sa recherche sur le conflit et la paix, a organisé le congrès des femmes. Le président et ses collègues ont organisé avec succès 33 congrès de négociations publiques israélo-palestiniens dans des universités aux États-Unis, au Canada, Israël, Cisjordanie et dans les lieux publics de Jérusalem et de Tel-Aviv.

"Nous avons amené des gens de tous horizons dans la conversation, même les habitants religieux des implantations", a-t-il déclaré. "Nous avons décidé qu'il fallait venir de bas en haut", a affirmé M. Handelman, expliquant qu'il s'est rendu compte que la seule façon d'impliquer les citoyens était d'avoir des débats ouverts et publics.

"A chaque congrès, des groupes parviennent à un accord concret qu'ils considèrent comme plein d'espoir pour l'avenir."

Souvent, M. Handelman donne les accords et les règles à suivre aux animateurs afin qu'ils soient à la base de nouvelles négociations et puissent faire avancer la conversation.

M. Handelman a noté que pendant les négociations, les personnes de droite ont généralement plus de facilité à parvenir à un accord car ils ont tendance à parler en termes plus pratiques, tandis que les personnes de gauche ont tendance à penser de manière plus théorique.

i24NEWS

Il a également déclaré que les Israéliens de gauche ont tendance à parler de leurs homologues palestiniens parce qu'ils estiment avoir une compréhension de leur situation critique, mais souvent les Palestiniens refusent que l'on parle sur eux.

M. Handelman croit que les femmes ont un rôle particulier à jouer dans la recherche d'une solution au conflit et a souligné que la conférence des femmes était une initiative provenant des femmes palestiniennes et non des Israéliens.

"Nous organisions ces congrès, puis nous avons demandé à ces femmes de le faire et nous l'avons organisé." Selon l'universitaire, des congrès de ce type font partie intégrante de "la consolidation et du maintien de la paix."

Yosefa, une participante israélienne et membre du groupe militant Women Wage Peace, a expliqué que les femmes sont habituées à travailler ensemble pour un objectif commun, car elles peuvent "écarter leur ego."

"La paix et la réconciliation peuvent venir des femmes des deux côtés. Les hommes avaient 69 ans pour parvenir à un accord, notre temps est venu", a-t-elle conclu.

Emily Rose est journaliste et rédactrice-web pour i24NEWS en anglais

Commentaires

(2)
Deuxnids

Oui mais il faut toujours essayé de dialogue avec ceux qui veulent ...et peut être que la paix viendras avec les femmes ...moi je veut y croire ...

goliat

Encore une initiative de personnes de gauche qui ne comprenne rien à la paix pendant que les enfants musulmans de Cisjordanie sont abreuvés de haine Antijuive

8Article précédentDes manifestants ultra-orthodoxes comparent un officier de l'armée à Hitler
8Article suivant49% des Israéliens seront des Juifs ultra-orthodoxes et Arabes en 2059 (rapport)