Quantcast i24NEWS - La Cour suprême autorise certains commerces de Tel Aviv à ouvrir le Shabbat

La Cour suprême autorise certains commerces de Tel Aviv à ouvrir le Shabbat

"Cette décision reflète ce que je crois être une interprétation correcte de la loi" (présidente de la Cour)

La Cour suprême a finalement statué jeudi que les supérettes et certains commerces de Tel Aviv pourront rester ouverts le samedi, jour du Shabbat, après une lutte de dix ans menée par une association d'entrepreneurs indépendants.

La présidente de la Cour suprême Miriam Naor qui met, par ailleurs, un terme à sa fonction de présidente de cette autorité judiciaire, a insisté sur l’importance du vivre-ensemble et des libertés individuelles dans sa décision.

"Ma décision ne reflète pas une vision séculière ou religieuse. Cette décision reflète ce que je crois être une interprétation correcte de la loi", a indiqué Miriam Naor.

"Chaque individu doit être autorisé à façonner son Shabbat à sa manière. La vie en communauté, ce n'est pas tout ou rien. C'est une question de tolérance à l'égard des opinions et de respect mutuel. Vivre et laisser vivre", a ajouté Naor.

En 2014, le conseil municipal de Tel Aviv avait émis un décret permettant à 165 épiceries et supérettes de la ville d'ouvrir le Shabbat.

Le décret n'avait toutefois pas reçu l'approbation requise d'un ministre de l'Intérieur, ce dernier reportant sans cesse sa décision.

Le conseil municipal de Tel Aviv a alors demandé à la Cour suprême de forcer le gouvernement à prendre une décision concernant son décret.

Devant l’incapacité du gouvernement à se prononcer sur cette question sensible, la Cour a décidé en avril dernier de valider le décret en question.

Pendant des décennies, l'Association des Commerçants et propriétaires d'entreprise indépendants a mené une campagne pour forcer les grandes chaînes de supérettes comme "AM:PM" à fermer le jour du Shabbat, au motif que leur ouverture le samedi enfreignait la loi et représentait une concurrence déloyale vis-à-vis des commerces indépendants qui choisissent de fermer ce jour-là.

Les députés ultra-orthodoxes ont violemment réagi à la décision de la Cour suprême, et promis d'adopter une loi qui l'annulerait et donnerait à la Knesset la possibilité de passer outre les décisions de la plus haute autorité judiciaire du pays, comme cela a été proposé récemment par le parti HaBayit Yehudi (Foyer juif, droite nationaliste religieuse).

Commentaires

(11)

no comments! désolant et très grave que la cours suprême ne respecte pas le shabbat elle même. elle devrait être un exemple.

Myriam Naor le regrettera.

Cela donne du travail à ceux qui ont besoin de travailler( des étudiants, des Israeliens non juifs, ceux qui ont besoin de travailler)chacun peut, comme cela ,faire comme il veut, en toute liberté .

C'est une question de tolérance. En quoi l'ouverture des commerces gêne ceux qui observent le Shabbat? En revanche, leur fermeture peut gêner les non-observants qui n'auraient pas le temps ou l'envie de faire leurs courses durant la semaine de travail.

Cela ne m étonne pas de cette gauchiste.

Monsieur l inconnu vous oubliez que le peuple juif a souffert pour ce Shabbat en exil . c est la moindre des choses de respecter Israel qui est un pays juif et donc de respecter le Shabbat qui a été donné au peuple juif pratiquant ou non. Si vous souhaitez le transgresser c votre droit mais chez vous. Tout commerce le shabbat deviendra esclave du travail et ne profitera pas des revenus.

@Moderator la tolérance et l'ouverture d'esprit est ce qui nous distingue de nos "cousins" bornés et obscurantistes. Toto

sujet épineux ! si c un goy qui ouvre pour un goy, est-ce autorisé ?

C’est une victoire sur l’obscurantisme !

Toto nous parlons de nous peuple juif. Pas de tolérance sur la halaha . cela conduit à la confusion et l assimilation . Le Peuple JUIF a déjà vaincu cela. shabbat shalom.

sur internet, les boutiques sont ouvertes H24

8Article précédentEilat: un projet hôtelier sous-marin pharaonique suscite la polémique
8Article suivantIsraël: Yigal Amir va soutenir qu'il n'a pas tiré les balles qui ont tué Rabin