Quantcast i24NEWS - La plupart des dirigeants de Diaspora veulent des ambassades US et étrangères à Jérusalem (enquête)

La plupart des dirigeants de Diaspora veulent des ambassades US et étrangères à Jérusalem (enquête)

Israeli soldiers stand near the Western Wall at the al-Aqsa mosque compound, Islam's third holiest site, but also the most sacred spot for Jews who refer to it as the Temple Mount on October 30, 2014
Gali Tibbon (AFP)
Selon l'enquête, nombre d'entre eux ont évoqué le sentiment d'être "chez eux" à Jérusalem

La plupart des dirigeants juifs de Diaspora soutiennent le transfert de l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem, révèle un rapport de 2017 basé sur des données d'enquêtes et de séminaires compilé par l'Institut de la Politique du Peuple Juif (JPPI).

"Beaucoup de participants aux débats ont noté qu'ils considéraient Jérusalem comme la capitale spirituelle du peuple juif, avec le Mur des lamentations à son épicentre et comme point d'unification pour les Juifs israéliens avec les Juifs de la Diaspora", a expliqué Avinoam Bar-Yosef, le président de l'institut.

Les remarques de Bay-Yosef se sont fondées sur un certain nombre de constats effectués dans le cadre de dialogues annuels "Israël-Diaspora" organisés cette année par le JPPI. Chaque année, les dialogues s'organisent autour de séminaires axés sur un sujet particulier.

Les conversations de cette année portaient sur le statut de Jérusalem et son avenir, et la majorité des participants se sont exprimés en faveur de Jérusalem pour être l'emplacement de toutes les ambassades étrangères en Israël.

De nombreux participants ont également évoqué le sentiment d'être "chez eux" à Jérusalem.

Cette conviction très forte justifie que l'on prenne en compte les opinions des juifs de la Diaspora dans le processus de décisions relatives a l'avenir politique et culturel de la ville trois fois sainte.

La plupart des dirigeants interrogés considèrent que Jérusalem se dirige dans la "mauvaise direction", en particulier du point de vue des relations judéo-arabes dans la ville. Autre ombre au tableau, le statut du pluralisme juif à la lumière de la croissance et du pouvoir politique de Jérusalem imputé à la communauté orthodoxe.

Contrairement à leurs frères de Diaspora, ils estimaient que la capitale israélienne se dirigeait "dans la bonne direction". Néanmoins, Bar-Yosef estime que les dirigeants israéliens ne devraient pas ignorer les opinions des juifs issus de Diaspora.

"Les dirigeants israéliens doivent être conscients de l'importance que la communauté juive de la diaspora accorde au maintien d'un tissu de vie pluraliste dans la ville qui permet à tous les Juifs de se sentir chez eux dans la capitale israélienne", a-t-il déclaré.

La plupart des participants a ce groupe de réflexion ont également exprimé le souhait que Jérusalem maintienne une "majorité juive claire", que la ville "ne soit jamais divisée" et que le Mont du Temple, également connu sous le nom de "Haram al-Sharif" pour les musulmans, soit sous contrôle israélien.

Commentaires

(1)

ça me paraît évident.

8Article précédentDossier 1000: Sara Netanyahou nie avoir réclamé les cadeaux à A. Milchan
8Article suivant60% des Arabes israéliens se disent "fiers" d'être israéliens (sondage)