Quantcast i24NEWS - Le meurtrier de Rabin a officiellement lancé la procédure de révision de son procès

Le meurtrier de Rabin a officiellement lancé la procédure de révision de son procès

Yigal Amir, the convicted assassin of late Israeli Prime Minister Yitzhak Rabin, is seen during a court hearing in Tel Aviv, Israel, Thursday, Nov. 1, 2007.
AP Photo/Ariel Schalit
Lors d’un nouveau procès, Yigal Amir, va plaider que ses balles n'ont pas causé la mort du Premier ministre

Yigal Amir, reconnu coupable du meurtre d’Yitzhak Rabin en 1995, a officiellement entamé dimanche une procédure visant à réclamer la tenue d’un nouveau procès dans lequel il affirmera que les balles tirées de son pistolet n'ont pas causé la mort du Premier ministre israélien de l'époque.

"Je suis allé rendre visite à Yigal Amir en prison", a déclaré son avocat, Gabi Shachar, cité par la chaîne de télévision israélienne Hadashot. "J'ai obtenu sa signature sur les documents pour préparer le dépôt d'une demande de nouveau procès", a-t-il précisé.

Le 19 novembre, l'épouse d'Amir, Larisa Trembovler, avait annoncé sur Facebook qu'une équipe d'avocats était en train de préparer la demande de révision en coordination avec son mari.

Un des représentants de la famille Amir, Michael Achour, a également révélé la semaine dernière dans les médias israéliens, que les avocats vont soutenir que leur client n'aurait pas dû être jugé pour meurtre, mais pour tentative de meurtre, laissant entendre que quelqu'un d'autre aurait tué Rabin.

"Nous ne disons pas qu'Yigal Amir n'était pas là et nous ne disons pas qu'il n'a pas tiré. Mais il y a une preuve que ses balles n'ont pas tué Rabin ", a déclaré Achour. "Il était là, mais il ne l'a pas tué. Ce fait devrait être considéré comme une tentative de meurtre", a-t-il soutenu.

AP Photo/Ariel Schalit

Yitzhak Rabin a été assassiné le 4 novembre 1995 à l'issue d'un discours lors d'une manifestation pour la paix qui avait rassemblé des dizaines de milliers de personnes dans le centre de Tel-Aviv.

Son meurtrier, Yigal Amir, 47 ans, est un militant d’extrême droite farouchement opposé aux accords d'Oslo avec les Palestiniens, pour lesquels MM. Rabin, Yasser Arafat et l'ancien président israélien Shimon Peres avaient obtenu le prix Nobel de la paix en 1994.

Amir purge actuellement une peine d'emprisonnement à perpétuité pour le meurtre du Premier ministre et pour avoir blessé son garde du corps dans des circonstances aggravantes.

L’avocat d’Amir aurait par ailleurs déclaré qu'ils demanderaient d'abord un nouveau procès afin d’"invalider" la condamnation de son client concernant les charges requises dans le dossier du garde du corps de M. Rabin.

Yigal Amir n’a jamais exprimé de remords pour le meurtre de M. Rabin, et a notamment expliqué avoir pris la décision d'assassiner le Premier ministre le 3 mars 1994, lors des funérailles de Baruch Goldstein, responsable du massacre de 29 musulmans alors qu’ils priaient au Caveau des Patriarches à Hébron. Son objectif était de poursuivre la lutte entamée, selon lui, par Goldstein contre le processus de paix, "au nom de Dieu", avait-il déclaré.

En 2001, le parlement israélien a adopté une loi interdisant de pardonner ou de raccourcir la peine d'une personne reconnue coupable du meurtre d'un Premier ministre.

Commentaires

(0)
8Article précédentIsraël: art et militantisme féminins pour lutter contre la violence sexuelle et sexiste
8Article suivant4 peines de prison à perpétuité prononcées contre les terroristes de Sarona