Sport

Il affrontera en demi-finale vendredi le N.1 mondial Novak Djokovic

Gaël Monfils est le dernier des trois nouveaux mousquetaires encore en lice à l'US Open: facile vainqueur de Lucas Pouille mardi, il défiera en demi-finale vendredi le N.1 mondial et tenant du titre Novak Djokovic qui a profité, lui, de l'abandon de Jo-Wilfried Tsonga.

Après deux tentatives ratées, en 2010 et 2014 --où il s'était offert une balle de match contre Roger Federer--,Monfils a décroché son billet pour sa première demi-finale à Flushing Meadows, la deuxième de sa carrière dans un tournoi du Grand Chelem, après Roland Garros en 2008.

Le N.2 français n'a pas fait de sentiments (6-4, 6-3, 6-3) face à Pouille, son jeune compatriote, auteur en 8e de finale d'un retentissant exploit contre l'ancien N.1 mondial Rafael Nadal.

Après trois matches de suite en cinq sets, le Nordiste, 25e mondial à 22 ans, n'avait plus les armes pour inquiéter son aîné qui, à 30 ans, n'a peut-être jamais été aussi fort.

Même l'interruption d'une vingtaine de minutes pendant la deuxième manche pour permettre la fermeture du toit rétractable du Arthur Ashe Stadium, n'a pas permis au grand espoir du tennis français de reprendre ses esprits.

"Je n'avais pas l'énergie que j'aurais aimé avoir. Je m'y attendais: après le match contre Rafa (Nadal remporté en cinq sets dimanche, NDLR), j'étais très, très fatigué", a concédé Pouille.

Il a commis 44 fautes directes quand Monfils s'est montré d'une sérénité à toute épreuve (34 coups gagnants), notamment au service (13 aces, 63% de première balles).

"Gaël a été vraiment très bon, notamment au service (...) Il est peut-être dans la meilleure forme de sa carrière. Quand il est dans cet état d'esprit et dans cette forme, c'est l'un des quatre meilleurs joueurs du monde", a apprécié Pouille.

L'intéressé est plus laconique et refuse de s'emballer: "Je me sens bien, mais le tournoi n'est pas fini", a prévenu Monfils qui n'a toujours pas perdu le moindre set depuis le début du tournoi.

Face à lui se dresse maintenant l'ogre Djokovic qu'il n'a jamais battu en douze confrontations, la dernière en demi-finale du Masters 1000 de Toronto en juillet (6-3, 6-2).

EDUARDO MUNOZ ALVAREZ (AFP)

Soyez le premier à poster un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte