Fifa: résoudre le différend Palestiniens/Israël est "une priorité" (Infantino)

Match amical entre les équipes de football palestinienne et algérienne au Stade du 5 Juillet 1962 à Alger, le 17 février 2016
AFP
HRW presse la FIFA de suspendre les matchs israéliens disputés dans les implantations de Cisjordanie

La résolution du différend soulevé par les autorités palestiniennes au sujet des matchs organisés par la Fédération israélienne de football dans les implantations de Cisjordanie constitue "une des priorités" de Gianni Infantino, le président de la Fifa, a-t-il assuré dans un entretien exclusif à l'AFP.

"C'est une de mes priorités et de nos priorités. Je ne suis pas encore allé dans la région, simplement parce que la situation est telle qu'en ce moment les conditions ne sont pas encore là, mais on y travaille", a déclaré M. Infantino.

Human Rights Watch (ONG des droits de l'Homme basée à New-York) a récemment accusé la Fifa de cautionner le "vol" de terres palestiniennes en acceptant que des matchs organisés par la Fédération israélienne de football se jouent dans les implantations établies par Israël en Cisjordanie.

Dans un rapport publié fin septembre, HRW presse le président de la Fifa Gianni Infantino de tenir ses engagements de réforme et de faire cesser les matchs disputés dans les implantations sous l'égide de la Fédération israélienne, membre de l'organisation internationale.

M. Infantino a également indiqué avoir pris part mercredi après-midi à une séance de travail avec le Sud-Africain Tokyo Sexwale, président de la commission de surveillance des problèmes affectant le développement du football en Cisjordanie.

"Je viens de sortir d'une séance avec M. Sexwale pour essayer de trouver une solution à cette question qui devrait être une question footballistique mais qui devient une question politique, pour laquelle le monde n'a pas encore trouvé de vraie solution satisfaisante", a-t-il souligné.

"On essaie de mettre de côté la politique et de parler football et voir comment on peut jouer dans les meilleures conditions au football dans cette région. Je suis toujours confiant qu'avec le dialogue, avec la discussion, en parlant justement sport et en ne se laissant pas politiser on puisse trouver une solution", a-t-il ajouté.

Environ 400.000 Israéliens vivent aujourd’hui en Cisjordanie, dans laquelle jouent six clubs des 3e, 4e et 5e divisions israéliennes, considérées comme semi-professionnelles.

La Fédération palestinienne avait mené une retentissante campagne en mai 2015 au congrès de la Fifa pour obtenir la suspension de la Fédération israélienne. La Fifa avait finalement créé une commission censée se pencher sur la question des implantations et sur la liberté de mouvement des joueurs palestiniens, butant sur le système d'autorisation des Israéliens, instauré dans le cadre de mesures sécuritaires. La commission présentera l'avancement de ses travaux lors de la prochaine réunion du Conseil de la Fifa des 13 et 14 octobre.

Commentaires

(2)
Danstern

Comme mentionné précédemment, les défenseurs des palestiniens arabes cherchent à détruire.

chacohparis

Le président de la Fifa prendrait donc une décision sans avoir jamais visité les sites en question ? De surcroît, HRW, considère les terres des villages de Judée et Samarie, comme volées ? Comment ne pas voir un soutien à l'épuration ethnique contre les juifs qui vivent dans ces villages ? Pourquoi l'autorité palestinienne ne veut voir aucun juif vivre dans le futur état palestinien quand 2 millions d'arabes, majoritairement musulmans, vivent en Israël ? Est-ce une résurgence de la thèse negationiste développée par Mahmoud Abbas sur la Shoa, appliquée à la légitimité de l'existence même d'Israël ? Cette campagne, soutenue par l'onu, l'unesco et la communauté internationale est tout simplement abjecte.

8Article précédentLa FIFA inflige une amende de 27.000 euros aux Italiens pour salut nazi
8Article suivantLa nouvelle carrière d'une star de la NBA en Israël