Quantcast i24NEWS - Roland-Garros: Nadal contre Wawrinka, invincible contre invaincu

Roland-Garros: Nadal contre Wawrinka, invincible contre invaincu

Rafael Nadal (à gauche), en quête de son dixième titre en autant de finales à Paris, sera le favori dimanche. Il mène 15 à 3 dans ces duels avec Stan Wawrinka.
PHOTOS AFP
En quête de son dixième titre, Nadal sera le favori dimanche contre Wawrinka

Rafael Nadal et Stan Wawrinka s'affronteront dimanche à Roland-Garros dans une finale de trentenaires, où le Suisse essaiera de répondre par une "segunda" à la tentative de "decima" du roi de la terre battue.

A 32 ans, le Vaudois, vainqueur en 2015, sera le finaliste le plus vieux depuis Niki Pilic en 1973. Mais face au Majorquin, âgé de 31 ans et titré pour la neuvième fois en 2014 sur la terre battue parisienne, l'expérience ne sera évidemment pas un argument.

Nadal s'est qualifié en donnant une leçon en trois sets 6-3, 6-4, 6-0 et à peine plus de deux heures au jeune Autrichien Dominic Thiem, le seul joueur qui l'avait battu cette saison sur terre battue. La première demi-finale a au contraire été un marathon (4h34 min) remporté par Wawrinka contre le N.1 mondial, le Britannique Andy Murray, en cinq sets 6-7 (6/8), 6-3, 5-7, 7-6 (7/3), 6-1.

Dimanche, l'Espagnol sera le grand favori, à cause de son bilan face au Suisse (15 à 3) et de l'impression toujours plus forte qu'il laisse à chaque tour. En six matchs, il n'a perdu que 29 jeux.

Mais Wawrinka pourra s'appuyer sur son bilan impeccable en finales de Grand Chelem: trois gagnées sur trois à l'Open d'Australie en 2014, à Roland-Garros en 2015 et à l'US Open en 2016. A Melbourne, c'est contre Nadal (diminué par une blessure au dos) qu'il avait remporté son premier trophée majeur.

"Il reste un monstre"

"Avec Rafa, ce match n'a rien changé. Il reste un monstre. Il est pratiquement injouable à Roland-Garros. Cela va être difficile. Mais sur une finale tout peut arriver", a dit le Suisse, 3e mondial.

Le Majorquin a rapidement amorti le choc attendu avec Thiem, 7e mondial. L'Autrichien, âgé de 23 ans, était le seul à l'avoir battu cette saison sur terre battue (en quarts de finale de Rome, il y a trois semaines). Et mercredi il avait puni le tenant du titre, Novak Djokovic, en trois sets.

FRANCOIS XAVIER MARIT (AFP)

Mais si Nadal n'est pour l'instant que N.4 à l'ATP, il est bien redevenu le N.1 sur la surface ocre. Son bilan face à Thiem cette saison était positif avec ses deux succès en deux sets en finale de Barcelone et de Madrid.

Si Thiem a breaké dès le premier jeu du match, le suspense s'est assez vite dégonflé. Excellent en coup droit, indébordable en défense, le Majorquin a en plus été très bon au service, surtout dans les moments cruciaux (7 balles de break sur 8 écartées). Dans ces conditions, l'Autrichien ne pouvait qu'essayer de taper toujours plus fort des deux côtés, au prix de nombreuses fautes, sans pouvoir retarder sa deuxième défaite d'affilée en demi-finale de Roland-Garros.

"C'est un sentiment incroyable de revenir en finale ici à Paris, dans le tournoi le plus important de ma carrière", a dit l'Espagnol. "Wawrinka? Il joue un tennis incroyable, ça va être une finale très difficile", a-t-il ajouté.

Entre Murray et Wawrinka, "remake" de la demi-finale de l'an passé gagnée par l'Écossais, l'opposition de style a été caricaturale et le dénouement longtemps incertain. Le N.1 mondial a ramené un nombre incroyable de balles et c'est le Suisse qui a fait presque tous les points gagnants (87) et toutes les fautes (77). Le ratio devra être plus important pour inquiéter Nadal.

Le Suisse aurait pu se faciliter la tâche en saisissant ses occasions dans les deux manches qu'il a perdues (une balle de set dans la première manche, deux fois un break d'avance dans la troisième). Il a dû attendre le dernier set pour que le finaliste sortant plie complètement.

A lire sur i24NEWS
Ailleurs sur le web

Commentaires

(0)
8Article précédentRoland-Garros: Jelena Ostapenko remporte le premier titre de sa jeune carrière
8Article suivantLe club de foot du Barça touché par la crise entre le Golfe et Doha