Quantcast

La "Neymar-mania": machine à fric et engouement médiatique

Paris Saint-Germain's forward Neymar poses during his presentation to the fans at the Parc des Princes stadium in Paris, on August 5, 2017
ALAIN JOCARD (AFP)
Retour sur ces derniers jours qui ont fait entrer le football français dans une autre dimension

L'engouement sans précédent autour de la venue de l'attaquant brésilien Neymar au PSG, baptisée "le transfert du siècle", ne faiblit pas depuis jeudi et le nom de la star est sur toutes les lèvres, les supporters du club attendant avec impatience de le voir fouler la pelouse des stades de France.

Si le montant colossal de la transaction et les retombées financières annoncées donnent le vertige, ces chiffres sont bel et bien l'objet de débats passionnés et suscitent l'admiration autant que l'interrogation.

En bref, qu'on trouve ce transfert "indécent" ou "sensationnel", comme l'a écrit Vincent Duluc dans L'Equipe, l'arrivée de Neymar à Paris signifie incontestablement que "quelque chose a changé dans le monde du football".

Retour sur ces derniers jours qui ont fait entrer le football français dans une autre dimension.

Un transfert "titanesque"

Pour faire venir Neymar, le PSG a dû verser 222 millions d'euros (949 millions de shekels) au FC Barcelone pour libérer le joueur de son contrat. Plus du double du précédent montant record, le transfert de Paul Pogba de la Juventus Turin à Manchester United il y a un an pour 105 millions d'euros (hors bonus).

Mais entre les taxes prélevées sur l'opération et les sommes versés aux négociateurs du transfert, le montant total de l'opération pourrait s’élever à plus de 300 millions d'euros.

Après le transfert, le salaire. Le PSG s'est engagé à verser une rémunération annuelle de 30 millions d'euros net au prodige brésilien, ce qui en fera le deuxième joueur le mieux rétribué au monde, derrière les 38 millions d'euros de Carlos Tevez en Chine.

ALAIN JOCARD (AFP)

Ensuite la prime à la signature. Les chiffres varient selon les sources, mais en paraphant son contrat de 5 ans jeudi soir, le Brésilien aurait touché entre 40 et 80 millions d'euros.

Enfin les impôts. Comme n'importe quel travailleur résidant en France, Neymar devra contribuer à l'effort national. Selon l'Express, sur la base d'un salaire annuel net de 30 millions d'euros, soit 45 millions d'euros brut, la star brésilienne pourrait rapporter chaque année 30 millions d'euros aux caisses de l'Etat (15 millions d'euros de charges sociales 15 millions d'euros d'ISF), soit 150 millions en tout s'il va au bout de son contrat.

Au total, le PSG devrait dépenser pour le seul Neymar plus d'un demi-milliard d'euros sur cinq ans, selon les estimations. C'est le prix que Nasser Al-Khelaïfi, président du club parisien, est prêt à payer pour laver l'affront subi par son club lors de l'improbable élimination dès les huitièmes de finale de Ligue des champions par le FC Barcelone et sa fameuse "remontada" (4-0, 1-6), dont l'acteur majeur avait été... Neymar.

Retombées financières et médiatiques

Si ces chiffres donnent le tournis, le transfert de Neymar au PSG reste un investissement dont les retombées sur les différentes sources de recettes du club (ventes de maillots, billetterie, droits TV et sponsors) devraient rapidement se faire sentir. "Je ne pense pas que 200 millions de livres pour Neymar, ce soit cher", estimait le sulfureux Jose Mourinho. "Neymar est l'un des meilleurs joueurs au monde, donc, commercialement c'est du lourd".

"Je ne pense pas que ce soit cher, je suis sûr qu'on va gagner plus d'argent avec lui. C'est un projet de deux marques: on associe la marque Neymar et la marque PSG", martelait de son côté le président du club parisien, lors de la conférence de presse de présentation de la star brésilienne. Selon lui, la valeur du joueur va doubler d'ici deux ans.

Neymar devrait ainsi, selon toute vraisemblance, doper la vente de produits dérivées du PSG, en premier lieu les maillots, et ce, dans le monde entier.

"C'est vrai qu'avec Neymar, le PSG va vendre beaucoup plus de maillots, avoir des contrats de partenariat en France et dans de nombreux pays, mais c'est difficile à estimer", explique Jean-Pascal Gayant, professeur de Sciences économiques à l'Université du Mans.

BENJAMIN CREMEL (AFP)

Plus de 10.000 maillots floqués au nom du joueur ont été vendus sur la seule journée de vendredi, et les supporters continuaient samedi faire la queue aux portes de la boutique du club pour s'offrir eux la tunique tant convoitée.

C'est le maillot extérieur de la saison 2017-2018, couleur jaune Brésil, floqué du N.10 de Neymar Jr., vendu à 155 euros pièces (pour un coût de production estimé à 6 euros), que les supporters s'arrachent.

Selon L'Equipe, la vente des maillots avaient rapporté 42 millions d'euros en 2016, et le PSG envisage de doubler ces revenus d'ici 2020.

170 millions de followers

La présence de Neymar dans le club va également considérablement booster la visibilité du PSG à l'international. Si le club francilien peut se targuer de toucher aujourd'hui 200 millions de fans dans le monde, le capitaine de la Seleçao, à l'image de playboy parfaitement travaillée, totalise lui plus de 30 millions de followers sur Twitter, autour de 60 sur Facebook et environ 78 sur Instagram. Soit près de 170 millions à lui seul.

Dans la hiérarchie des superstars du football des réseaux sociaux, seul Cristiano Ronaldo fait mieux que lui.

Dans sa stratégie, Paris compte profite de l'aura de l'attaquant pour attirer de nouveaux fans et toucher de nouveaux consommateurs potentiels.

Pour cela, il n'hésitera pas à s'appuyer sur le buzz énorme suscité par ce transfert rocambolesque...

Jérémie Elfassy est journaliste pour le site en français d'i24NEWS.

A lire sur le même sujet : L'Israélien Pini Zahavi, architecte du transfert de Neymar au PSG

Commentaires

(2)
islamer2

Alain pourcent vous pouvez développer ? Quel rapport entre des fonds privé et l'éducation en France ?

alain pourcent

avec l'argent qui a servi a acheter neymar, la france aurait pu éduquer de nombreux jeunes. oui mais voilà, si les gens étaient instruits, les rangs des supporters seraient vides.

8Article précédentNeymar ne pourra pas jouer samedi avec le Paris SG
8Article suivantL'Israélien Pini Zahavi, architecte du transfert de Neymar au PSG