Tech

A jellyfish swims in an aquarium at the Scientific Center of Kuwait on November 24, 2013 in Kuwait City
Les méduses représentent un problème majeur pour la Compagnie israélienne d'Electricité

Scruter la lune plutôt que la mer pourrait être la solution pour éviter de se faire piquer par des méduses pendant la baignade, selon une nouvelle étude israélienne. 

Le calendrier lunaire est un facteur déterminant pour expliquer la présence de méduses sur les plages de Méditerranée, révèle l'étude. L'arrivée de méduses, le cauchemar des baigneurs, est plus fréquent au milieu du mois lunaire, pendant et avant les périodes de pleine lune.

L'étude a également établi une "température idéale" pour les méduses qui affectionnent une eau entre 28.2 et 30 degrés Celsius.

"Nous savions que la lune avait une influence sur beaucoup de choses, mais nous n'avions pas de données statistiques sur le lien entre la lune et les méduses", explique Avi Algazi, chercheur auprès de la Compagnie Nationale d'Electricité israélienne, qui a commandé cette étude.

Les méduses représentent un problème majeur pour la Compagnie israélienne d'Electricité. 

Chaque été, des milliers de méduses se retrouvent aspirées par les systèmes de pompage d'eau des centrales électriques israéliennes, bouchant les installations, notamment les filtres des pompes qui se transforment alors en cuves visqueuses remplies de méduses mortes.

M. Algazi affirme que cette étude sur la présence de méduses dans les filtres des installations électriques israéliennes ne s'applique qu'au cas des côtes israéliennes, mais que ses résultats "pourraient faire l'objet de vérifications dans le reste du monde".

Soyez le premier à poster un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte