Tech

Uber unveiled its first self-driving car in May, beginning testing on the streets of Pittsburgh
Dans un premier temps, le passager ne sera pas seul à bord

L'américain Uber a lancé mercredi à Pittsburgh, dans l'est des Etats-Unis, un service de location de voiture sans conducteur, une technologie qui à terme pourrait révolutionner les transports.

Une petite flotte de quatre voitures bardées de lasers, de caméras et de capteurs va commencer à prendre à son bord des clients fidèles du service de réservation par téléphone et les amènera à destination dans cette ville de plus de 2,6 millions d'habitants, devenue un pôle de haute technologie de la côte est.

Dans un premier temps, le passager ne sera pas seul à bord. Un technicien sera assis à la place du conducteur mais sans toucher le volant. Un second technicien sera là pour observer le comportement du véhicule. 

L'entreprise espère bientôt n'avoir qu'un seul technicien à bord.

Lors d'un essai avec la presse mardi, un journaliste de l'AFP a pu constater que les véhicules trouvaient leur chemin sans difficulté, dans une ville où il n'est pas simple de circuler.  

Cela fait deux ans qu'Uber les "entraîne" sur le terrain.

Une douzaine de Ford hybrides, reconnaissables à toute la machinerie perchée sur le toit du véhicule, sont prêtes à prendre rapidement du service.

Dans un avenir proche, Uber veut aussi utiliser une flotte du suédois Volvo, qui incarne mieux qu'aucune autre marque l'image de sécurité sur la route. Les deux entreprises travaillent d'arrache-pied dans l'ancienne capitale mondiale de l'acier. 

Les voitures autonomes sont l'un des secteurs les plus en pointe dans la recherche automobile, les constructeurs rivalisant d'annonces pour présenter des voitures capables de se conduire et de se diriger toutes seules.

L'américain Ford ou l'allemand BMW se sont récemment fixé l'objectif d'une production en série en 2021.

Le constructeur américain Tesla commercialise lui déjà une berline, la "Model S", avec des équipements très avancés en la matière, toutefois en question après un accident mortel en Floride. Il ambitionne aussi à plus long terme de créer un réseau de voitures autonomes utilisable à la demande.

Outre les constructeurs traditionnels, des géants de l'internet comme Alphabet (Google) et Apple sont également sur les rangs.

Beaucoup de ces acteurs ont dit envisager l'utilisation des véhicules autonomes dans le cadre de services à la demande (taxi, covoiturage ou voitures partagées).

Soyez le premier à poster un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte