Quantcast

Un professeur israélien expert en cryptanalyse, lauréat du prix japonais 2017

Weizmann Institute of Science in the central Israeli city of Rehovot
Weizmann Institute of Science website
Le prix japonais honore les réalisations originales et exceptionnelles en sciences et en technologie

Un scientifique israélien dans le domaine informatique fait partie des trois lauréats du prix japonais 2017, un prix honorant les réalisations en sciences et en technologie, pour son travail sur la cryptographie.

Le prix japonais est décerné à des personnes à travers le monde dont les accomplissements "originaux et exceptionnels" en sciences ou en technologie sont reconnus comme ayant fait avancer les frontières de la connaissance et servi la cause de la paix et de la prospérité de l'humanité.

Ainsi, Adi Shamir, professeur à l'Institut Weizmann à Rehovot, a été reconnu pour sa "contribution à la sécurité de l'information grâce à la recherche sur la cryptographie", selon le site Web du prix, qui a annoncé ses lauréats jeudi.

Le prix consiste en un certificat, une médaille commémorative et un prix d'une valeur approximative de cinquante millions de yens (410.800 euros).

Shamir, âgé de 64 ans, est le deuxième Israélien à remporter le prix. Ephraim Katzir, biophysicien et ancien président israélien, avait été honoré en 1985, année inaugurale du prix.

Wikipédia

En 2002, Shamir, Ronald Rivest et Leonard Adleman, avaient remporté le prix Turing, largement considéré comme le plus prestigieux prix au monde dans le domaine informatique.

"Mon principal domaine de recherche est la cryptographie - la fabrication et la rupture des codes", peut-on lire au sujet de Shamir sur le site l'Institut Weizmann.

"Il est motivé par la croissance explosive des réseaux informatiques et des communications sans fil. Sans protection cryptographique, l'information confidentielle peut être exposée à des intrus, modifiée par des pirates informatiques ou imitée par des criminels", est-il expliqué.

La Fondation du prix japonais a sélectionné cette année Adi Shamir ainsi que deux autres lauréats: Emmanuelle Carpentier, directrice de l'Institut Max Planck à Berlin pour ses recherches sur la biologie des infections et Jennifer Doudna, professeur à l'Université Berkeley en Californie.

Commentaires

(2)

Ça c'est ISRAEL . Tellement fier !!!!!!

Danstern

Félicitations.

8Article précédentViber offre des appels gratuits aux personnes touchées par le décret de Trump
8Article suivantIsrael Aerospace Industries s'arme contre les hackers