Quantcast i24NEWS - Présidentielle 2017: lancement d'un outil de vérification des infos du web

Présidentielle 2017: lancement d'un outil de vérification des infos du web

Google fait une déclaration de guerre dans le domaine des appareils électroniques en dévoilant plusieurs nouveautés, et en particulier un smartphone haut de gamme qui se positionne en concurrence frontale avec l'iPhone d'Apple
LEON NEAL (AFP/Archives)
Facebook va également tester en France sa propre arme de lutte contre les fausses infos

Avec la présidentielle en ligne de mire, le réseau First Draft News et le Google News Lab ont annoncé lundi le lancement avec 16 rédactions françaises d'un outil de vérification des infos du web, une initiative soutenue par Facebook qui développe son propre outil.

Baptisé "CrossCheck", cet outil permettra aux rédactions de collaborer pour "identifier et vérifier les contenus qui circulent en ligne, qu'il s'agisse de photos, de vidéos, de commentaires ou de sites d'actualités", selon un communiqué diffusé par Google.

Une équipe d'étudiants en journalisme, recrutés au CFJ et à l'école de journalisme de Sciences Po et formés par Google, "résumeront et remettront dans leur contexte chaque allégation" (citations tronquées, photomontages, rumeurs...), un flux qui sera supervisé par l'Agence-France Presse et consultable sur le site CrossCheck.

Parmi les médias partenaires de ce projet, France Médias Monde (via les Observateurs de France 24), France Télévisions, Global Voices, l'AFP, Libération, La Provence, Les Echos, La Voix du Nord, Le Monde (Les Décodeurs), Nice-Matin, Ouest-France, Rue89 Bordeaux, Rue89Lyon, Rue89 Strasbourg et StreetPress.

LOIC VENANCE (AFP/File)

D'autres rédactions pourront rejoindre ce projet qui sera lancé le 27 février et le public pourra également participer en signalant des contenus douteux afin que CrossCheck puisse mener une enquête. 

First Draft News, réseau financé par Google regroupant des ONG et la plupart des grands médias internationaux, a lancé un outil similaire aux Etats-Unis, Electionland, pour découvrir et rapporter les preuves de manipulation des électeurs au cours de la présidentielle américaine.

Facebook, accusé ces derniers mois de faciliter la diffusion de fausses informations, est partenaire du projet et mettra à disposition un outil d'identification et de suivi de contenus en lien avec la présidentielle.

Le réseau social s'engage aussi à contribuer "activement à la détection de fausses informations et à la sensibilisation des internautes à une lecture critique de l'information", selon un communiqué.

Facebook va également tester en France, après les Etats-Unis et l'Allemagne, sa propre arme de lutte contre les fausses infos en partenariat avec huit rédactions (l'AFP, BFMTV, L'Express, France Médias Monde, France Télévisions, Libération, Le Monde et 20 Minutes).

Les internautes pourront signaler les fausses informations, qui seront soumises aux rédactions partenaires pour vérification. Si deux "fact-checkeurs" estiment que c'est une fausse information, elle sera signalée sur Facebook par un pictogramme et une mention "contesté par des tiers". 

Commentaires

(2)

Si l'agence France presse supervisé tout cela on devine le résultat. Celle-ci est à l'origine de la plus large désinformation mondiale depuis plus de 40 ans.....!!!

Les fausses info peut être.... Mais les infos biaisées certainement pas! Il suffit de lire le nom des médias participants à cette opération avec lAFP en tête.... Encore une opération de marketing pour consolider le politiquement correct.

8Article précédentUn professeur israélien expert en cryptanalyse, lauréat du prix japonais 2017
8Article suivantIsrael Aerospace Industries s'arme contre les hackers