Quantcast

Cyberattaque: "l'une des plus grandes jamais organisées" (haut gradé à i24NEWS)

Cybersécurité israélienne
IDF
"Il n’y a pas de lois sur internet, le combat créer ses propres lois"

Un haut gradé de l’unité cybernétique israélienne a révélé dimanche à i24NEWS que le piratage mondial survenu vendredi s’est avéré être "l’une des plus grandes attaques jamais organisées".

La cyberattaque mondiale a fait plus de 200.000 victimes dans au moins 150 pays, selon un nouveau bilan d’Europol. Des banques russes, des entreprises françaises, mais également des hôpitaux britanniques ont entre autres été affectés par l’attaque.

"Il n'y a actuellement aucune indication selon laquelle Israël aurait été touché par la vague de cyberattaques", a annoncé samedi le responsable de l'Autorité nationale du Cyber ​​d'Israël, Baruch Carmeli.

Cependant, l’officier israélien a indiqué que l’attaque du logiciel de rançon "WannaCry", illustrait parfaitement l’importance de la lutte cybernétique, s’inquiétant particulièrement du piratage du réseau hospitalier, qui selon lui, aurait pu "mettre des vies en danger".

IDF

Le militaire a également précisé qu’il était trop tôt pour définir des pistes concrètes sur l’origine de l’attaque, mais que cette dernière correspondait au profil général des attaques développées par des cybercriminels, davantage que par des terroristes ou des acteurs gouvernementaux.

L’émergence des cyber-attaques a conduit à un effort majeur de réorganisation au sein de l’armée israélienne, une action que l’officier a comparé à "faire du jardinage dans une jungle".

Les autorités ont été divisées entre l’unité de l’armée israélienne C4i Corps, et la Direction du renseignement, sous les directives du chef d'État-Major Gadi Eisenkot, afin de renforcer la cyberdéfense ainsi que la coopération entre les deux services.

L’armée envisage la mise en œuvre opérationnelle d’ici septembre 2017 d’un nouveau Centre des opérations numériques, chargé de planifier, commander et contrôler les campagnes dans le domaine de la cyberdéfense et de ce qui est appelé la "Défense active".

IDF

L’armée israélienne n’est pas la seule organisation impliquée dans la cyberdéfense du pays, la police, le ministère de la Défense, le Mossad, le Shin Bet, et d’autres corps civils possèdent également des branches et unités spécialisées. La question a d’ailleurs mené à certains débats ainsi qu’a une certaine confusion concernant le rôle de chaque autorité dans ce domaine.

Le Bureau national du Cyber, établi au sein du bureau du Premier ministre israélien, est officiellement chargé de coordonner l'effort national dans ce domaine. Le haut responsable de l’armée a déclaré que la plupart des problématiques liées à la division des pouvoirs ont été définies, mais qu'il subsiste encore certains sujets qui doivent être résolus.

L'officier a affirmé que, dans le cas d'une attaque critique contre des infrastructures nationales (l'électricité, l'eau, etc.), les militaires seraient impliqués dans la gestion de l'incident.

"Quand un événement informatique majeur se produit, vous appelez la cavalerie ... J'espère que nous sommes prêts, mais nous ne sommes jamais prêts ... C'est une course. Vous devez être en constante amélioration et ajustement", a-t-il souligné à i24NEWS.

IDF

Le responsable a également noté qu'en raison du manque de lois internationales relatives à la cybercriminalité, et du manque de législation en général à ce sujet, les normes créées sont propres à chaque Etat.

"Il n’y a pas de lois sur internet, le combat créer ses propres lois", a-t-il insisté, en affirmant que "face au cyber-terrorisme, il faut montrer les muscles et définir les menaces".

"La prochaine guerre sera traditionnelle et cybernétique", a également lancé le haut gradé israélien à i24NEWS.

Shai Ben-Ari est le correspondant militaire de la chaîne d'i24news en anglais.

Matthias Inbar, journaliste pour i24NEWS et spécialiste des questions militaires, a contribué à cet article.

Commentaires

(1)
Anonymous

Le monde est en danger. Les courses au armement accompagner de la cybercriminalité m'inquiète beaucoup. Il ne s'agit pas seulement de se protéger il faut aussi liter, il faut arrêter les criminels

8Article précédentCyberattaque: "plus de 75.000 victimes dans le monde" selon un bilan provisoire
8Article suivantUne cyberattaque d'ampleur mondiale sème la panique