"L'économie russe subit un sérieux coup dur", admet le Kremlin

AFP

2 min
La Bourse de Moscou au centre-ville le 28 février 2022
Natalia KOLESNIKOVA / AFPLa Bourse de Moscou au centre-ville le 28 février 2022

La principale banque de Russie, Sberbank, a annoncé mercredi son retrait du marché européen

La Bourse de Moscou est restée fermée mercredi pour le troisième jour d'affilée, alors que les autorités multiplient les mesures pour limiter l'impact dévastateur des sanctions sur l'économie russe.

"La Banque de Russie a décidé de ne pas reprendre les séances de trading" mercredi à la Bourse de Moscou, fermée depuis lundi à l'exception des opérations de rachats en roubles.

La Banque avait indiqué lundi que certaines opérations demeureraient restreintes jusqu'au samedi 5 mars.

La Bourse était restée fermée lundi après l'annonce de sanctions économiques massives contre la Russie en représailles à l'invasion de l'Ukraine par Moscou.

Video poster

Vers 09H00 GMT, le rouble s'échangeait mercredi autour de 109 roubles pour un dollar et de 119 roubles pour un euro.

"L'économie russe subit un sérieux coup dur", a admis le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, tout en affirmant qu'il y a "un degré de résistance, du potentiel, des plans, un travail énergique en cours".

"Nous resterons debout", a-t-il ajouté.

Les autorités russes multiplient les mesures pour limiter la casse. La Banque centrale a ainsi annoncé mercredi, selon les agences russes, des mesures interdisant aux étrangers la vente d'actions russes et le retrait de fonds du marché financier russe, face à une hémorragie d'investissements étrangers.

La veille, une interdiction a été prononcée de quitter la Russie avec plus de 10.000 dollars en espèces.

Et le ministère russe des Finances s'est prononcé en faveur de l'abolition de la TVA sur les achats d'or par des particuliers, leur suggérant de le préférer à l'achat de devises étrangères.

En raison des sanctions, la principale banque de Russie, Sberbank, a annoncé mercredi son retrait du marché européen.

Le sidérurgiste russe Severstal a lui annoncé l'arrêt des livraisons en Europe.

Cet article a reçu 0 commentaires