Ukraine: la Russie installe un "nouveau maire" à Melitopol après l'enlèvement du prédécesseur

i24NEWS

2 min
L'aide humanitaire reçue à Melitopol, en Ukraine, le 4 mars 2022.
Sputnik via AFP / Russian Federal Security ServiceL'aide humanitaire reçue à Melitopol, en Ukraine, le 4 mars 2022.

Les autorités russes accusent le véritable maire d'avoir participé à des actions terroristes

La Russie a installé un "nouveau maire" dans la ville ukrainienne de Melitopol, après l'enlèvement du véritable maire élu par les troupes russes.

La ville, désormais sous contrôle de Moscou, est stratégiquement située entre Marioupol et Kherson. Les Russes s'en sont emparés rapidement lors de l'invasion, mais des protestations ont eu lieu depuis.

Le maire de la ville, Ivan Fedorov, a été emmené par des hommes armés dans un bâtiment gouvernemental vendredi. Les autorités russes ont par la suite affirmé qu'il avait participé à des actions terroristes.

L'administration de la région a déclaré que c'est désormais un ancien membre du conseil municipal, Galina Danilchenko, qui est la maire de la ville. Elle était auparavant membre de l'opposition au sein du conseil.

Dans une déclaration vidéo, Galina Danilchenko a déclaré que sa tâche principale était désormais de "prendre toutes les mesures nécessaires pour que la ville revienne à la normale".

Video poster

Le correspondant du New York Times, Neil MacFarquhar, a indiqué dans un tweet que Danilchenko a immédiatement été traitée de "traitre" par des responsables de la région.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exhorté samedi les dirigeants internationaux, dont le Premier ministre Naftali Bennett, à obtenir la libération du maire disparu Fedorov.

Selon le président et le parlement ukrainiens, Ivan Fedorov a été enlevé par les soldats russes qui occupaient Melitopol parce qu'il "refusait de coopérer avec l'ennemi."

Le Parlement ukrainien a indiqué dans un communiqué que le maire a été arrêté alors qu'il se trouvait au centre de crise de la ville pour régler des problèmes d'approvisionnement.

M. Zelensky a déclaré plus tôt dans la journée de samedi que la Russie tentait de mettre en place des "pseudo-républiques" dans les zones qu'elle occupe depuis son invasion du 24 février et a déclaré que les collaborateurs "ne seraient pas pardonnés".

Cet article a reçu 2 commentaires