"Nous continuons notre cheminement vers l'Union européenne" (présidente de la Géorgie sur i24NEWS)

i24NEWS

3 min
La présidente de la Géorgie, Salomé Zourabichvili, le 15.03.22
i24NEWSLa présidente de la Géorgie, Salomé Zourabichvili, le 15.03.22

"Aujourd'hui les objectifs de guerre de V. Poutine sont maximalistes mais ses moyens sont en baisse"

La présidente de la Georgie, Salomé Zourabichvili était l'invitée de Malard en liberté mardi soir sur i24NEWS, au 20e jour de l'invasion russe en Ukraine.

"Je ne suis pas sûre aujourd'hui qu'il faille parler de déclin de l'Occident et de montée de la puissance russe. Cependant, il y a une modification dans l'équilibre européen: l'Europe aujourd'hui est beaucoup plus unie et déterminée et prend conscience de sa puissance", a-t-elle affirmé.

"Poutine espérait gagner haut la main cette guerre, or il est en train de s'embourber en Ukraine comme Napoléon s'est embourbé en Russie. Il n'a pas réussi à terroriser le leadership ukrainien et la Russie est contrainte de se tourner vers la Chine pour demander des armements. La Russie a tenté un coup de force en plein cœur de l'Europe mais il y a eu un arrêt sur image grâce à la résistance ukrainienne", a-t-elle poursuivi.

Video poster

La présidente a assuré que "personne ne fait de la provocation contre la Russie, il n'y a que des gens qui se défendent."

"Nous sommes menacés par les velléités de la Russie depuis 1801 et nous avons des invasions et des occupations, donc nous avons une capacité de résistance," a déclaré Mme Zourabichvili, précisant que "nous continuons notre cheminement vers l'Union européenne."

"La Géorgie continue son chemin vers l'UE, mais il est très long et bureaucratique. Les Européens sont entrain de revoir leur attitude et leur perception des pays à leurs portes, victimes de l'agressivité de la Russie", a-t-elle dit.

"Aujourd'hui les objectifs de guerre de Vladimir Poutine sont maximalistes mais ses moyens sont en baisse. Il a du mal à alimenter ses troupes donc le rapport de force montre qu'ils n'ont pas remporté et qu'il faudra que la Russie trouve une issue diplomatique".

Y a-t-il un risque de guerre en Europe?

"L'Europe a une politique très claire, lucide, et très ferme, qui est d'obtenir le soutien à l'Ukraine notamment par les sanctions économiques à la Russie. Les Etats-Unis soutiennent cette politique. Il y a une vraie stratégie mesurée de l'Occident, d'une façon à ne pas risquer de se laisser entraîner dans une guerre," a-t-elle affirmé.

"Nous sommes au 21e siècle, il est temps de comprendre que la diplomatie est le seul moyen de s'assurer d'avoir autour des frontières de son pays, des pays voisins bien disposés et non pas des pays qui se sentent toujours sur la défensive," a conclu Mme Zourabichvili.

Cet article a reçu 1 commentaires