Ukraine/Théâtre de Marioupol: 130 personnes sauvées, des "centaines" sous les décombres

AFP

2 min
Le théâtre Drama à Marioupol détruit par un bombardement, le 16 mars 2022
AFP / TELEGRAM / PAVLOKYRYLENKO_DONODALe théâtre Drama à Marioupol détruit par un bombardement, le 16 mars 2022

M. Zelensky a fustigé la lenteur des livraisons d'armes occidentales à l'Ukraine

Plus de 130 personnes ont pu être sauvées du bâtiment d'un théâtre de Marioupol bombardé par l'armée russe, mais des "centaines" d'autres demeurent sous les décombres, a déclaré vendredi le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

"Plus de 130 personnes ont pu être sauvées. Mais des centaines d'habitants de Marioupol sont toujours sous les décombres", a-t-il déclaré dans une vidéo tout en promettant la poursuite des opérations de secours "malgré les bombardements" qui se poursuivent dans cette grande ville du sud-est du pays.

Video poster

Les autorités ukrainiennes avaient accusé mercredi l'aviation russe d'avoir "sciemment" bombardé un théâtre de Marioupol où étaient réfugiés des centaines d'habitants, ce que la Russie a démenti.

La mairie de Marioupol a signalé que la situation était "critique" en ville avec des bombardements russes "ininterrompus" et des destructions "colossales". Selon les premières estimations, environ 80% du parc de logements de la ville a été détruit.

L'armée russe a, elle, annoncé vendredi combattre désormais dans le centre-ville de ce port stratégique assiégé. 

De son côté, M. Zelensky a fustigé la lenteur des livraisons d'armes occidentales à l'Ukraine alors qu'il réclame depuis des semaines qu'on fournisse à Kiev des avions de combat. 

"Nous rappellerons encore à certains dirigeants occidentaux que ce sera une défaite morale pour eux, cela détruira leur prestige si l'Ukraine ne reçoit pas des armes de pointe", a-t-il lancé. 

Exigeant un renforcement permanent de sanctions contre la Russie "jusqu'à ce qu'il y ait la paix en Ukraine", M. Zelensky a encore appelé à fermer les ports européens pour les navires russes et s'est attaqué à des groupes occidentaux n'ayant pas quitté la Russie après le début de son invasion de l'Ukraine le 24 février. 

"Il est nécessaire que toutes les entreprises occidentales quittent le marché russe", a-t-il dit, ciblant Nestlé et Auchan.

Cet article a reçu 0 commentaires