Ukraine: une vingtaine de civils évacués de l'usine Azovstal à Marioupol

AFP

2 min
Image de l'usine sidérurgique Azovstal extraite d'une video diffusée par la municipalité de Marioupol, Ukraine, le 19 avril 2022
AFP / HANDOUT / MARIUPOL CITY COUNCILImage de l'usine sidérurgique Azovstal extraite d'une video diffusée par la municipalité de Marioupol, Ukraine, le 19 avril 2022

"Ils ont été transférés vers un endroit convenu et nous espérons qu'ils seront évacués vers Zaporijjia"

Une vingtaine de civils ont enfin pu sortir samedi de l'immense aciérie d'Azovstal à Marioupol, port du sud-est de l'Ukraine assiégé par les Russes, tandis que dans la banlieue de Kiev, la police ukrainienne a annoncé la découverte, dans une fosse, des corps de trois hommes torturés et exécutés.

Le régiment Azov, qui défend l'aciérie Azovstal, a annoncé en début de soirée que vingt civils, des femmes et des enfants (...) avaient pu sortir de l'usine où les conditions de vie sont dramatiques depuis des semaines. 

"Ils ont été transférés vers un endroit convenu et nous espérons qu'ils seront évacués vers Zaporijjia, en territoire contrôlé par l'Ukraine", a déclaré Sviatoslav Palamar, commandant adjoint du régiment Azov dans une vidéo sur Telegram. 

Aucune tentative d'évacuer Azovstal, ultime réduit contrôlé par les forces ukrainiennes à Marioupol, n'a réussi jusqu'à présent.

Les combattants du régiment continuaient de déblayer les décombres après des bombardements nourris du site la veille et dans la nuit, pour en sortir d'autres civils.

"Nous espérons que ce processus va se poursuivre et que nous réussirons à évacuer tous les civils", a ajouté le commandant Palamar. 

Quelques heures plus tôt, l'agence officielle russe Tass avait annoncé qu'un groupe de 25 civils dont six enfants avait pu sortir d'Azovstal, complexe métallurgique où sont bloqués des centaines de militaires et de civils ukrainiens, retranchés dans des galeries souterraines datant de l'époque soviétique.

Cet article a reçu 2 commentaires