Pour V. Poutine, la fin de la neutralité militaire finlandaise serait une "erreur" (Kremlin)

AFP

2 min
Le président russe Vladimir Poutine prononce un discours lors d'une réunion du conseil consultatif du parlement russe à Saint-Pétersbourg le 27 avril 2022
Alexandr Demyanchuk / SPUTNIK / AFPLe président russe Vladimir Poutine prononce un discours lors d'une réunion du conseil consultatif du parlement russe à Saint-Pétersbourg le 27 avril 2022

"Un tel changement d'orientation politique peut avoir un impact négatif sur les relations russo-finlandaises"

La fin de la neutralité militaire de la Finlande serait une "erreur", a estimé samedi le président russe Vladimir Poutine, lors d'un entretien téléphonique avec son homologue finlandais Sauli Niinistö, selon un communiqué du Kremlin.

"Vladimir Poutine a souligné que la fin de la politique traditionnelle de la neutralité militaire serait une erreur, puisqu'il n'y a aucune menace à la sécurité de la Finlande", indique le communiqué.

L'annonce de la candidature d'Helsinki pour l'adhésion à l'Otan, vue d'un très mauvais oeil par Moscou, est attendue dimanche.

"Un tel changement de l'orientation politique du pays peut avoir un impact négatif sur les relations russo-finlandaises qui se sont développées pendant des années dans l'esprit du bon voisinage et de la coopération entre partenaires, en étant mutuellement avantageuses", assure le communiqué du Kremlin.

Dans le même temps, Washington "travaille à clarifier la position de la Turquie" après que le président Recep Tayyip Erdogan a menacé de bloquer l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'Otan, a dit la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki vendredi.

Lors de leur entretien, Sauli Niinistö et Vladimir Poutine ont par ailleurs évoqué la situation en Ukraine où la Russie mène une offensive depuis le 24 février.

M. Poutine a informé son homologue finlandais de "l'état des pourparlers russo-ukrainiens, pratiquement suspendus par Kiev qui ne manifeste aucun intérêt envers un dialogue constructif et sérieux", selon le Kremlin.

Cet article a reçu 5 commentaires