Selon le président polonais, appeler V. Poutine revient à "discuter avec Hitler"

i24NEWS

2 min
Le président russe Vladimir Poutine s'exprime lors d'un appel vidéo avec les chefs d'État membres du Forum économique eurasien de Bichkek par vidéoconférence à Moscou, en Russie, le 26 mai 2022.
Mikhail Metzel, Sputnik, Kremlin Pool Photo via APLe président russe Vladimir Poutine s'exprime lors d'un appel vidéo avec les chefs d'État membres du Forum économique eurasien de Bichkek par vidéoconférence à Moscou, en Russie, le 26 mai 2022.

L'Ukraine pourrait reprendre la ville-clé de Severodonetsk "en deux, trois jours"

Le président polonais Andrzej Duda a déclaré qu'appeler le président russe Vladimir Poutine, équivalait à des pourparlers avec Adolf Hitler pendant la Seconde Guerre mondiale, rapporte jeudi le quotidien allemand Bild.

Le chancelier allemand Olaf Scholz et le président français E. Macron ont tous deux eu des appels téléphoniques en tête-à-tête avec Poutine depuis que la Russie a lancé son invasion dévastatrice de l'Ukraine.

"Est-ce que quelqu'un a dit qu'Adolf Hitler devait sauver la face? Que nous devrions procéder de manière à ce que ce ne soit pas humiliant pour Adolf Hitler? Je n'ai pas entendu de telles voix", a déclaré Duda.

Le conflit en Ukraine, décrit par Moscou comme une "opération militaire spéciale" pour éradiquer les menaces perçues à sa sécurité, a tué des milliers de civils et forcé plus de 7 millions de personnes à fuir le pays.

L'Ukraine et ses alliés occidentaux affirment que la Russie mène une guerre pour s'emparer du territoire.

Lors d'un appel conjoint avec Poutine le 28 mai, Scholz et Macron l'ont exhorté à libérer les 2.500 combattants ukrainiens capturés à Marioupol et à parler directement avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

L'Ukraine pourrait reprendre la ville-clé de Severodonetsk "en deux, trois jours", dès qu'elle disposera d'armes d'artillerie occidentales "de longue portée", a affirmé jeudi Sergueiï Gaïdaï, gouverneur de cette région de l'est de l'Ukraine, où les combats continuent à faire rage.

Cet article a reçu 1 commentaires