Guerre en Ukraine : plus de 15 000 personnes portées disparues

i24NEWS

3 min
Une personne en deuil assiste aux funérailles d'une famille de trois personnes à Bucha, à la périphérie de Kyiv, en Ukraine, le 22 avril 2022
SERGEI SUPINSKY / AFPUne personne en deuil assiste aux funérailles d'une famille de trois personnes à Bucha, à la périphérie de Kyiv, en Ukraine, le 22 avril 2022

"Les investigations dureront encore des années après l'arrêt des combats"

Plus de 15 000 Ukrainiens sont portés disparus depuis le début de la guerre lancée par la Russie, selon les déclarations jeudi d'un responsable de la Commission internationale des personnes disparues (ICMP).

L'organisation basée à La Haye, créée à la suite des guerres des Balkans des années 1990, a ouvert un bureau à Kiev en juillet pour aider l'Ukraine à documenter ces disparitions et et à retrouver les personnes concernées. Le directeur du programme de l'ICMP pour l'Europe, Matthew Holliday, a précisé que l'on ne savait pas combien de ces disparus avaient été transférés de force en Russie, ni combien avaient été tuées  et enterrées à la va-vite. 

AP Photo/Emilio Morenatti, File
AP Photo/Emilio Morenatti, FileLes corps de quatre personnes décédées pendant l'occupation russe sur le point d'être enterrés lors de funérailles à Bucha, dans la périphérie de Kyiv, en Ukraine, le 20 avril 2022

Le processus d'enquête sur les disparus en Ukraine durera encore des années après l'arrêt des combats, a souligné Matthew Holliday à Reuters. "Les chiffres sont énormes et les défis auxquels l'Ukraine est confrontée sont vastes", a commenté le directeur du programme de l'ICMP. 

Les procureurs ukrainiens misent évidemment beaucoup sur les traces ADN pour progresser dans leurs investigations. En stockant de tels échantillons dans une base de données et en recherchant des correspondances avec des proches, l'ICMP a ainsi recensé plus de 27 000 des 40 000 personnes portées disparues lors du conflit en ex-Yougoslavie .

À Kiev, l'ICMP a également commencé à collecter des échantillons d'ADN et renforce ses capacités pour aider les procureurs à monter des dossiers d'accusation de crimes de guerre. "La grande majorité des personnes disparues ont été victimes de crimes de guerre, et les auteurs doivent être tenus pour responsables", a encore dit Matthew Holiday. 

Cet article a reçu 1 commentaires