Pas de résultats.

close

Israël/Vaccination des employés: "On ne peut pas se permettre le luxe de laisser chacun faire ce qu'il veut" (A. Lieberman)

i24NEWS

clock 2 min

Le ministre des Finances Avigdor Liberman lors d'une conférence de presse sur le budget de l'État, à Jérusalem, le 30 août 2021
Yonatan Sindel/Flash90Le ministre des Finances Avigdor Liberman lors d'une conférence de presse sur le budget de l'État, à Jérusalem, le 30 août 2021

"Vous ne voulez pas vous faire vacciner ? Restez chez vous"

Le ministre israélien des Finances Avigdor Lieberman a été interviewé jeudi à propos du projet de loi qui bloquerait le versement des allocations de chômage pendant trois mois à un salarié licencié ou démissionnaire en raison de son refus de se faire vacciner, ou de subir un test de dépistage au coronavirus.

"L'entreprise qui demande à ses salariés de se faire vacciner ou de fournir un test négatif doit présenter clairement les choses. Les employés doivent assumer leurs responsabilités", a déclaré Avigdor Lieberman.

"Vous ne voulez pas vous faire vacciner ? Vous ne voulez pas être testé ? Nous ne pouvons pas prendre de risque. C'est votre choix mais restez chez vous. Personne ne vous doit rien. Nous n'avons pas à payer pour cela," a-t-il ajouté.

Video poster

A la question de savoir si la loi passera, A. Lieberman a affirmé qu'"il y aura bien sûr un débat à la Knesset et au gouvernement". 

"Je pense qu'on ne peut pas se permettre le luxe de laisser chacun faire ce qu'il veut. La démocratie a aussi le droit de se défendre, avait statué le juge Aharon Barak dans l'une des décisions précédentes," a-t-il dit.

Le ministre a en outre précisé que "les allocations chômage pour ceux qui ne sont pas vaccinés et ne souhaitent pas être testés ne seraient pas annulées. Elles seront différées de 90 jours, car il doit y avoir une sorte de sanction. Il est impossible d'annuler toutes les restrictions. Mais il faut agir et exiger une certaine discipline et responsabilité de la part du public", a-t-il ajouté.

Plus tôt ce matin, le directeur général du ministère de la Santé, Nachman Ash a déclaré que de nouvelles restrictions concernant les rassemblements pourraient être imposées.