Covid: des scientifiques britanniques réfutent l'existence d'un variant "Deltacron"

i24NEWS

3 min
Image au microscope montrant des particules du SARS-CoV-2 à l'origine de la maladie Covid-19
NIAID-RML via APImage au microscope montrant des particules du SARS-CoV-2 à l'origine de la maladie Covid-19

La possibilité d'un double virus combinant la grippe et le coronavirus a également été rejetée par l'OMS

Des experts ont affirmé ce lundi que la prétendue mutation hybride du coronavirus surnommée "Deltacron" découverte dans un laboratoire chypriote, était très probablement le résultat d'une contamination en laboratoire, et non d'un nouveau variant.

Les médias chypriotes avaient rapporté cette découverte samedi, décrivant ce variant comme doté du "génome du variant Delta et de certaines des mutations d'Omicron".

Les scientifiques indiquent que bien qu'il soit possible que les coronavirus se combinent génétiquement, ce phénomène demeure rare, ce qui les amène à penser que l’émergence d’un "Deltacron" est peu probable.

"Les séquences chypriotes 'Deltacron' rapportées par plusieurs grands médias semblent être clairement le fruit d’une double contamination", a tweeté Tom Peacock, virologue au département des maladies infectieuses de l'Imperial College de Londres, ce week-end.

Jeffrey Barrett, chef de la COVID-19 Genomics Initiative au Wellcome Sanger Institute de Grande-Bretagne, a souligné pour sa part que les mutations présumées étaient situées sur une partie du génome qui est sujette aux erreurs dans certaines procédures de séquençage.

"Il est pratiquement certain qu’il ne s’agit pas d’un recombinant biologique des lignées Delta et Omicron", a-t-il déclaré.

La semaine dernière, d’autres rapports non vérifiés ont fait état de la circulation d'un virus baptisé "Flurona", décrit comme une combinaison de la grippe et du coronavirus, allégations que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a pareillement rejetées ce lundi.

"N'utilisons pas des mots comme Deltacron ou Flurona. S'il vous plaît", a tweeté Maria van Kerkhove, épidémiologiste des maladies infectieuses à l'OMS. 

"Ces mots impliquent une combinaison entre un virus et le variant d’un autre virus, ce qui ne peut se produire", a-t-elle expliqué, notant que les gens pouvaient souffrir à la fois de la grippe et du coronavirus, mais que les deux virus ne pouvaient pas se combiner.

https://twitter.com/i/web/status/1480445415094898701 ...

Ce post ne peut être affiché car les cookies pour les réseaux sociaux sont désactivés. Vous pouvez les réactiver en cliquant sur .