"Nous serons quasiment tous infectés par le Covid, et même plusieurs fois" (Professeur Cyrille Cohen à i24NEWS)

i24NEWS

3 min
Le professeur Cyrille Cohen, directeur du département d'immunologie de l'université Bar Ilan
University Bar IlanLe professeur Cyrille Cohen, directeur du département d'immunologie de l'université Bar Ilan

Le virus mute, change, se fait plus contagieux

Presque trois ans après le début de la pandémie, démarre-t-on une 8e vague de Covid, comme on l’entend dire ? 

Professeur Cyrille Cohen : En Israël, pour l’instant, non. Les chiffres remontent en France, en Allemagne et en Italie, mais il est prématuré de parler de vague. Dans le pays nous avons constaté il y a un mois une hausse des contaminations, mais elle ne s’est pas concrétisée par une vague. Aucun indicateur ne montre aujourd’hui non plus que ce serait le cas, et le nombre de malades graves est en baisse constante. Il n’empêche que le virus mute, change, se fait plus contagieux. Le Covid, comme la grippe, n’est pas un virus stable génétiquement parlant comme le sont par exemple la varicelle ou la rougeole.

Olivier Fitoussi/Flash90
Olivier Fitoussi/Flash90Un employé de Magen David passe un test antigénique rapide Covid-19 auprès d'Israéliens, dans un complexe de service au volant de Magen David Adom à Jérusalem, le 22 mars 2022

Que cela implique-t-il pour l’avenir ? 

Professeur Cyrille Cohen : Que le virus cherche un moyen de se développer et qu’il a toutes ses chances d’y parvenir. Il est présent et il s’est déjà développé de manière énorme. Dans certains pays, on parle d’une exposition de 80% de la population. De manière générale, nous serons quasiment tous infectés par le Covid, et même plusieurs fois. 

Le virus du Covid peut-il être considéré désormais comme aussi peu dangereux que la grippe ? 

Professeur Cyrille Cohen : Le Covid d’octobre 2019 n’a rien à voir avec celui de 2022. Il s’est transformé en une forme plus contagieuse et moins violente. Mais pour autant, le Covid long peut entrainer des problèmes neurologiques, de pertes de mémoire, des problèmes cardiaques et respiratoires. Et je souligne que même si la grippe n’est plus considérée comme une maladie grave, elle continue de tuer. Tous les dix, vingt ans apparait une nouvelle souche très dangereuse. Nous n’en avons donc pas fini avec le Covid.

Propos recueillis par Eve Boccara

Cet article a reçu 2 commentaires