Mondial : la photo buzz de Kylian Mbappé dans les bras d’Olivier Giroud

Yoël Hannoun

3 min
Kylian Mbappé et Olivier Giroud après un but en huitième de finale du Mondial au Qatar contre la Pologne
KIRILL KUDRYAVTSEV / AFPKylian Mbappé et Olivier Giroud après un but en huitième de finale du Mondial au Qatar contre la Pologne

Olivier Giroud est régulièrement la cible des homophobes depuis qu’il a posé pour le magazine Têtu

Après le but d’Olivier Giroud sur une passe de Kylian Mbappé, lors du huitième de finale entre la France et la Pologne dimanche, ce dernier s’est jeté dans les bras de son coéquipier, comme cela arrive couramment lors des matchs de football. Cette marque de joie a cependant suscité de nombreux commentaires homophobes et de détournements sur Twitter.

Cela démontre "que dans le football, et le sport en général, il y a un problème avec l’homosexualité", déclare Yoann Lemaire, président de l’association Foot Ensemble et militant contre l’homophobie dans le sport au Huffington Post. "À partir du moment où deux mecs se serrent dans les bras, il y a tout de suite une connotation", déplore-t-il. Il note également que, pour les auteurs des commentaires haineux, "l’homosexualité n’a pas sa place" dans le foot.

https://twitter.com/i/web/status/1599439900809785344

Ce post ne peut être affiché car les cookies pour les réseaux sociaux sont désactivés. Vous pouvez les réactiver en cliquant sur .

Olivier Giroud est régulièrement la cible des homophobes depuis qu’il a posé pour le magazine Têtu et pris position contre l’homophobie. Antoine Griezmann, qui a lui aussi déjà pris position contre l’homophobie dans le football, est lui beaucoup plus épargné. 

Video poster

Olivier Giroud est régulièrement la cible des homophobes depuis qu’il a posé pour le magazine Têtu 

Yoann Lemaire considère que les joueurs professionnels devraient "montrer l’exemple", à l’instar de Giroud et Griezmann. Mais, selon lui, la plupart des joueurs ne se sentent pas concernés par le sujet. En témoigne les récents propos du gardien de buts et capitaine de l’équipe de France, Hugo Lloris, qui avait estimé qu’il fallait respecter "la culture du pays" et renoncer à porter le brassard "One Love" au Qatar où les relations homosexuelles sont illégales.

Cet article a reçu 0 commentaires