Quantcast

Adele triomphe aux Grammy Awards, avec cinq récompenses

Adele avec ses cinq récompenses obtenues le 12 février 2017 aux Grammy Awards à Los Angeles
Robyn BECK (AFP)
Lorsqu'elle a reçu la récompense suprême pour l'album de l'année, elle a rendu un hommage appuyé à Beyoncé

La diva britannique Adele a été la grande gagnante des Grammy Awards dimanche, entrant dans l'histoire des plus prestigieuses récompenses de la musique américaine, mais a clamé son amour pour sa rivale Beyoncé au cours d'une cérémonie aux accents politiques.

Avec cinq Grammys pour lesquels elle était nommée dimanche - soit un palmarès de 15 sur l'ensemble de sa carrière - Adele est la première artiste à avoir gagné les trophées des meilleurs album, enregistrement et chanson de l'année deux fois.

David Bowie, décédé il y a un peu plus d'un an, a aussi été l'un des plus primés, récoltant plus de Grammys qu'au cours de son vivant, avec cinq prix à titre posthume pour son disque testament magistral "Blackstar".

VALERIE MACON                        (AFP)

Adele a eu la victoire modeste et rendu un hommage vibrant à l'autre grande favorite de la soirée, la superstar pop Beyoncé.

En recevant son prix de l'enregistrement de l'année pour "Hello", tube planétaire, Adele  s'est adressée à son idole. "Reine Bey, je t'adore. Tu émeus mon âme chaque jour (...) Je veux que tu sois ma maman", a-t-elle lancé à Beyoncé, enceinte de jumeaux. Et la salle d'éclater de rire.

Pour la deuxième année consécutive, la reine de la balade mélancolique a été victime de problèmes techniques. Elle n'a pas hésité à s'interrompre en plein milieu d'une chanson hommage à George Michael, récemment décédé, pour reprendre de plus belle. Une performance émouvante de cette perfectionniste saluée par une salle debout.

Son opus "25", collection de tubes évoquant la nostalgie des amours passées, à l'instar d'''Hello" mais aussi de "Send my love (to your new lover)" a été sacré meilleur album de l'année. Une réédition de son triomphe de 2012 avec "21", qui avait connu des records de ventes et une brassée de Grammys.

Ode à la maternité

"Il y a cinq ans lorsque j'étais là, j'étais enceinte et ne le savais pas (...). A travers ma grossesse et en devenant mère j'ai perdu un peu de moi-même. Je me bats toujours avec le fait d'être mère. C'est vraiment dur", a-t-elle aussi avoué, concluant: "Ce soir la boucle est bouclée".

Une nouvelle occasion de saluer Beyoncé et son album conceptuel "Lemonade", sur l'identité des femmes afro-américaines et sur un mariage en péril.

Plus tôt dans la soirée, Beyoncé avait ébloui le public des Grammys avec une performance en forme d'ode à la maternité où elle a dévoilé pour la première fois devant les caméras son ventre rebondi - elle attend des jumeaux de son mari, le rappeur vedette Jay Z.

VALERIE MACON                        (AFP)

Dans une mise en scène spectaculaire, accueillie par une ovation debout dans le théâtre du Staples Center de Los Angeles, elle est d'abord apparue de profil quasi nue dans une vidéo où elle ne porte qu'un bikini en chaine dorée.

Vêtue d'une robe dorée et brodée de strass, les cheveux surplombés d'une coiffe dorée et parée d'un collier évoquant les bijoux tribaux, elle a ensuite entonné "Love Drought" et "Sandcastles", avec une allure de déesse africaine.

Celle qui avait déjà gagné 20 Grammys en a empoché deux de plus dimanche: meilleur vidéo-clip pour "Formation", et meilleur album urbain.

 'Résistez! Résistez! Résistez!' 

La soirée animée par James Corden a été ponctuée de déclarations politiques, beaucoup d'artistes s'opposant ouvertement au nouveau président Donald Trump.

"C'est précisément le moment pour les artistes de se mettre au travail", a notamment lancé la chanteuse sex-symbole Jennifer Lopez, citant l'écrivaine afro-américaine Toni Morrison mais sans jamais nommer le président américain.

Mark RALSTON (AFP)

La prestation la plus chargée politiquement est revenue au groupe rap A tribe Called Quest qui a frontalement défié le président américain "agent orange", allusion à la nuance de ses cheveux mais faisant aussi référence à un défoliant utilisé par les Etats-Unis pendant la guerre du Vietnam.

"Vous les Noirs, vous devez partir, vous les pauvres, vous devez partir, vous les Mexicains, vous devez partir, vous les musulmans et homosexuels, on déteste vos façons (d'être) alors vous les mauvaises gens vous devez partir", a scandé le chanteur du groupe, critiquant ainsi le décret migratoire du président américain, en proie à un bras-de-fer juridique, et le mur qu'il veut construire à la frontière mexicaine.

A Tribe Called Quest a clôturé par le cri "Résistez! Résistez! Résistez!".

C'est Chance The Rapper, chanteur hip-hop de 23 ans originaire de Chicago, qui a décroché le prix de la révélation de l'année et du meilleur album de rap.

A propos de l'icône du jazz et de la soul Al Jarreau, décédé dimanche, le chanteur Gregory Porter, lauréat d'un Grammy, a déclaré que "le jazz est la musique de la liberté et Al en était l'incarnation".

Commentaires

(0)
8Article précédentLa légende du jazz, Al Jarreau, est mort à 76 ans
8Article suivantDisney lâche le YouTubeur PewDiePie pour antisémitisme