Quantcast

Fashion Week: les messages très politiques des créateurs anti-Trump

(Au centre) Gigi et Bella Hadid au défilé Tommy Hilfiger mercredi à Los Angeles
Robyn Beck/AFP
Le bandana blanc est devenu le symbole de cette résistance

Avec les bandanas blancs du défilé Tommy Hilfiger, le "This is not America" du défilé Calvin Klein et les petites culottes "Fuck your Wall" de LRS, la mode américaine s’est clairement engagée contre la politique du président américain lors de la Fashion week à New-York.

Le bandana blanc a pris d’assaut les podiums, les créateurs ayant voulu montrer au monde ce qui unit l’humanité indépendamment de la race ou de la sexualité.

"Dans la mode, les images pèsent souvent plus que les mots. Alors participez à ce mois de la mode en faisant une déclaration visuelle simple et singulière : portez un bandana blanc comme signe pour exprimer au monde que vous croyez aux liens qui unissent l’humanité – indépendamment de la race, de la sexualité, du genre ou de la religion", a lancé Imran Amed, le fondateur de l’influent site The Business of Fashion.

Il a également lancé le hashtag #TiedTogether pour protester contre le "Muslim Ban" et la politique du "diviser pour mieux régner" de Donald Trump.

Tommy Hilfiger et Calvin Klein ont aussi appelé à plus de tolérance. Le défilé Tommy Hilfiger a arboré grand nombre de bandanas blanc. D’autres designers ont choisi de porter le carré de coton blanc, tels que Thakoon, Shoji ou Calvin Klein.

Pour la présentation de sa première collection à la tête de la direction artistique de Calvin Klein, Raf Simmons a décidé d’ouvrir et de clore son défilé sur la chanson "This is not America" de David Bowie.

Le créateur a également demandé à chacun de ses invités de porter un bandana blanc. "Unité, inclusion, espoir et acceptation : rejoignez-nous chez Calvin Klein en portant un bandana blanc. #Tiedtogether", était inscrit sur la carte d’accompagnement.

La papesse de la mode, Anna Wintour, n’a pas souscrit au port du bandana blanc, mais a affiché un badge rose pour soutenir le planning familial américain ("Planned Parenthood"), visant directement le décret signé par Trump contre l’IVG.

Raul Solis, directeur artistique d’une marque mexicaine (LRS Studios), a lui poussé la provocation en présentant sur les podiums des petites culottes faisant allusion au mur voulu par Trump à la frontière avec le Mexique. On peut lire sur ces culottes des messages tels que "Fuck your Wall", "No Ban" ou "No Wall".

Possédant la double nationalité américaine et mexicaine, le designer Louis Verdad se dit particulièrement touché par le climat politique. Le monde de la mode déclare-t-il la guerre à la politique? Une chaîne de magasins a retiré de ses rayons la ligne de vêtements d’Ivanka Trump, justifiant cette action par de mauvais chiffres de vente.

Donald Trump, lui, estime que sa fille n’a pas été traitée équitablement.

A l’image de la cérémonie des Grammy Awards, la scène artistique américaine se montre plus engagée que jamais, exprimant une forte opposition à la politique de Trump.

Les administrations précédentes ont rarement provoqué une réaction si importante dans le monde des arts.

Commentaires

(0)
8Article précédentDisney lâche le YouTubeur PewDiePie pour antisémitisme
8Article suivantDécouverte d'une douzième grotte abritant des Manuscrits de la mer Morte