Quantcast i24NEWS - Israël: Regev appelle son homologue française à interdire la pièce sur Merah

Israël: Regev appelle son homologue française à interdire la pièce sur Merah

La ministre israélienne de la Culture et des Sports, Miri Regev, s'exprime devant les acteurs de Habima, le 10 novembre 2016, dans la colonie israélienne de Kiryat Arba à la périphérie d'Hébron
MENAHEM KAHANA (AFP)
La ministre de la Culture demande de dénoncer les "formes d'art qui soutiennent le terrorisme"

La ministre israélienne de la Culture Miri Regev a appelé son homologue française à interdire la pièce de théâtre sur les dernières heures du terroriste Mohamed Merah à l'affiche du festival d'Avignon.

"Le temps est venu pour nous, ministres des pays démocratiques, de s'unir pour arrêter les 'formes d'art' qui soutiennent le terrorisme, même sous couvert de la liberté d'expression", a écrit Regev dans une lettre adressée à Françoise Nyssen, selon le quotidien israélien Yisrael Hayom.

"La France a été l'objet, comme de nombreux autres pays, malheureusement, d'attaques terroristes terribles et brutales. Vous devriez donc faire de votre mieux pour arrêter les spectacles et pièces de théâtre susceptibles d'encourager les sentiments de pardon et de sympathie envers les terroristes", conclue-t-elle.

La pièce autour du terroriste auteur des attentats de Toulouse et Montauban en mars 2012 a suscité une vague d'indignation.

Des avocats de proches de victimes de Mohamed Merah ont demandé au metteur en scène Yohan Manca et à l'auteur du texte Mohamed Kacimi l'annulation de la représentation, dans un courrier la semaine passée.

XAVIER LEOTY (AFP/Archives)

"Nous qui avons la responsabilité de porter la voix de ceux qui ont péri à Toulouse et Montauban et celle de leurs familles, nous considérons qu'une telle entreprise de réhabilitation dans le contexte que nous traversons sous couvert d'alibi culturel est une honte et un déshonneur. Nous vous demandons d'y renoncer", écrivent Mes Patrick Klugman, Ariel Goldman, Elie Korchia et Jacques Gauthier-Gaujoux.

Le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNVCA) "reçoit un très grand nombre de protestations émanant de citoyens scandalisés et indignés", a par ailleurs écrit le BNVCA dans un communiqué distinct, assurant avoir chargé son avocat, Me Charles Baccouche, de déposer plainte à Avignon pour "apologie contre le terrorisme et antisémitisme".

"N'ayant pas vu cette pièce, je me garderai bien de me positionner sur un plan artistique, ce qui m'interpelle, c'est à la fois le symbole et la temporalité", avait affirmé de son côté le directeur adjoint de l'Association française des victimes du terrorisme, Stéphane Lacombe à i24NEWS, quelques jours avant les commémorations de l'attentat de Nice le 14 juillet.

Les 11 et 15 mars 2012, le terroriste âgé de 23 ans, a tué par balle trois militaires, Imad Ibn Ziaten, Abel Chennouf et Mohamed Legouad, à Toulouse et Montauban, puis, le 19 mars, trois enfants: Myriam Monsonego 8 ans, Gabriel Sandler 3 ans, Arié Sandler 6 ans ainsi que Jonathan Sandler, 30 ans, dans une école juive de Toulouse.

A lire sur i24NEWS
Ailleurs sur le web

Commentaires

(1)

La liberté d expression s arrêté là où commence l apologie de la haine.

8Article précédentLes autorités israéliennes déjouent une tentative de contrebande de pièces rares
8Article suivantLa justice tunisienne interdit finalement le film Wonder Woman