Quantcast i24NEWS - Le poète et cinéaste israélien Haim Gouri est décédé à l'âge de 94 ans

Le poète et cinéaste israélien Haim Gouri est décédé à l'âge de 94 ans

Haim Gury
Screen Shot - Youtube

Le poète, romancier, journaliste et documentariste israélien Haim Gouri est décédé mercredi à l'âge de 94 ans, a annoncé sa fille.

Né à Tel-Aviv en 1923, Haim Gouri - dont le père Israël Gouri était l'un des fondateurs du Mapaï, le parti du premier Premier ministre israélien David Ben Gourion, et député de 1948 à 1965 - s'engage en 1941 dans le Palmach, une unité d'élite de l'organisation militaire de la Haganah en Palestine mandataire. Il y sert en tant que commandant adjoint lors de la guerre d'Indépendance.

L'année suivante, en 1949, il publie son tout premier recueil de poèmes intitulé "Fleurs de feu".

Après la création de l'Etat d'Israël, Gouri continue d'écrire de la poésie et entame en parallèle une carrière de journaliste et réalisateur de documentaire.

Il devient célèbre pour sa couverture du procès d'Aldolf Eichmann en 1961, un moment clé dans l'histoire d'Israël qui s'achèvera avec la condamnation à mort du nazi, et en tire un livre "La cage de verre", traduit dans plusieurs langues.

Haim Gouri acquiert ses lettres de noblesse dans la profession quelques années plus tard pour sa trilogie documentaire sur l'Etat hébreu et la mémoire de la Shoah: "Le 81e coup", aussi appelé "Ne laissons pas les morts enterrer les morts" en 1974 pour lequel il sera nominé pour l'Oscar du meilleur film documentaire, "Les Portes de la mer" en 1979, et "Flammes dans la cendre" en 1985.

Connu pour être le poète de la création de l'Etat d'Israël, il reçoit en 1975 le prix Bialik pour la littérature, ainsi que le prestigieux prix Israël en 1988.

Le ministère français de la Culture l'a nommé en 2011 chevalier de l'ordre des Arts et des lettres, le qualifiant "d'homme de paix, âme vivante de l'histoire d'Israël et amoureux de la langue française".

Dans un communiqué, le président israélien Reuven Rivlin a déploré la mort "du poète national, un homme qui était à la fois un combattant et un intellectuel". 

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a estimé que ses poèmes étaient "une partie du patrimoine de l'Etat d'Israël". 

Commentaires

(0)
8Article précédent"Sparring": Mathieu Kassovitz dévoile son rôle de "boxeur de l'ombre" sur i24NEWS
8Article suivantFrance: aide exceptionnelle à la traduction de/vers l'arabe et l'hébreu