Quantcast i24NEWS - L'ambassadrice d'Israël en France s'indigne de l'annulation d'un festival consacré à la culture israélienne

L'ambassadrice d'Israël en France s'indigne de l'annulation d'un festival consacré à la culture israélienne

Aliza Bin Noun

L'ambassadrice d'Israël en France Aliza Bin-Noun s'est indignée lundi soir contre l'annulation d'un festival culturel consacré à Israël organisé par des étudiants à Lille, suite à des pressions de militants anti-israéliens.

"C’est avec indignation que je m’adresse à vous à la suite de l’annulation au sein de votre université, le 14 février dernier, du festival "Escale à Lille" consacré à la découverte de la culture israélienne", a déclaré l’ambassadrice dans une lettre ouverte adressée au président de l’Université de Lille, Jean-Christophe Camart.


Le premier jour du festival, réalisé dans le cadre d’un projet universitaire à l’occasion de la Saison croisée France-Israël 2018, a été vivement perturbé par des militants anti-israéliens dont certains professeurs de l’Université, agissant à l’initiative de l’association France Palestine Solidarité Nord-Pas-de-Calais (AFPS) qui prône le boycott de l’Etat hébreu.

Craignant pour leur sécurité et celle de leurs intervenants après diverses "intimidations et pressions", les étudiants lillois n’ont eu d’autres choix que d’annuler l’événement.

L’ambassadrice a poursuivi en rappelant que l'appel au boycott, "étant considéré comme une discrimination, est illégal en France et a été condamné à plusieurs reprises par la justice et par les chefs de gouvernement français successifs".

"Il est d’autant plus scandaleux que des professeurs de l’Université soient intervenus pour vous demander d’annuler ce festival", s’est révolté Aliza Bin-Noun en réponse à la lettre signée de deux professeurs envoyée au président de l'université.

Pankultura

"Ils participent ainsi au boycott illégal d’Israël et imposent leur agenda politique dans un lieu présumé apolitique où l’échange et la liberté d’expression sont fondamentaux. De plus, ils abusent ainsi de leur autorité académique pour faire pression sur les étudiants", a-t-elle lancé, réclamant une condamnation de la part de l’Université et le rétablissement du festival culturel consacré à Israël.

""L’annulation d'"Escale à Lille" fait partie de ces réactions qui alimentent l’incitation à la violence et à la haine d’Israël, cet antisionisme qui entraîne inexorablement l’antisémitisme. J’appelle donc à une condamnation ferme et sans équivoque de votre part, et à ce que ce festival puisse avoir lieu", a conclu la lettre ouverte.

Commentaires

(9)

Triste France bien aimée....

200% d’accord avec elle c est une honte liberté ou es tu ?

il y a déjà 20 ct horrible dans certaines université la propagande pro-palestiniens, et donc anti-Israël moi j'en ai souffert mais c de pire en pire ....... c que la France pense comme ça, elle voit et laisse faire...

Indignation sélective.

Enfin une réaction! Suis curieux de voir celle de l’université après le courrier des 2 prof

La France faisait partie des invités de Munich en 1938 ;(

"Escale à Lille " Mais lentement et sûrement c'est le bateau "France" qui coule !...

ben, au nord, il a les...

La photo ne semble pas d'actualité. Elle n'a plus 30 Ans cette jolie dame

8Article précédent"Otages à Entebbe": le récit de l'opération israélienne porté à l'écran et présenté à la Berlinale
8Article suivant"Magda", un roman de Mazarine Pingeot qui explore avec "véracité" les ressorts de la transmission