Quantcast i24NEWS - Le théâtre de Chaillot opposé au boycottage des artistes israéliens

Le théâtre de Chaillot opposé au boycottage des artistes israéliens

Photo prise le 24 juillet 2012 à Paris du Palais de Chaillot dont l'aile gauche abrite le Musée de l'Homme qui ouvrira ses portes au public le 17 octobre 2015
Francois Guillot (AFP/Archives)

Le directeur du théâtre national de Chaillot s'est déclaré mardi opposé au boycottage des artistes israéliens, refusant de les assimiler à la politique menée par l'Etat hébreu.

"Je tiens absolument à faire la distinction entre la politique du gouvernement israélien actuel que je réprouve et les artistes qui pour la plupart (...) sont totalement opposés" à cette politique, a déclaré Didier Deschamps lors de la présentation de la nouvelle saison qui verra notamment le retour de la Batsheva Dance Company à Paris.

Il s'exprimait au lendemain de la mort d'une soixantaine de Palestiniens, tués par les soldats israéliens lors de heurts et de manifestations contre l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem.

Evoquant une "tragique actualité politique et humaine", M. Deschamps, à la tête depuis 2011 de ce théâtre consacré principalement à la danse, a affirmé qu'il ne partageait pas le point de vue "d'artistes et de programmateurs qui souhaitent une sorte de boycott".

"Il me semble plus que jamais important de donner la voix à ces artistes, de les soutenir parce qu'eux-mêmes s'opposent (au gouvernement israélien) à travers leur travail", a-t-il fait valoir.

Batsheva

"Si nous ne maintenons pas l'échange, le contact, le dialogue avec les artistes et le monde intellectuel, nous fermons la porte aux évolutions", a-t-il ajouté.

La compagnie dirigée par Ohad Naharin a été visée à plusieurs reprises par des campagnes de boycottage, notamment de la part du mouvement BDS (boycott, désinvestissement, sanctions contre Israël) bien que son chorégraphe vedette dénonce depuis des années la politique du gouvernement israélien.

Outre Batsheva, le théâtre de Chaillot accueillera une création de l'Israélien Emanuel Gat, des pièces du répertoire du kabuki japonais et de nouvelles oeuvres du Français Angelin Preljocaj et du Belge Alain Platel.

Parmi les événements phare de la saison à Chaillot, la venue en 2019 de la célèbre troupe du Tanztheater Wuppertal pour présenter une chorégraphie du Norvégien Alan Lucien Oyen. Il s'agit de l'une des premières créations pour la compagnie depuis la mort de sa créatrice Pina Bausch il y a neuf ans.

La nouvelle saison marquera également le lancement des commémorations de la signature de la Déclaration universelle des droits de l'homme paraphée au Palais de Chaillot en 1948.

Commentaires

(6)

bravo . Dieu reconnaîtra les siens

Artistes opposés à la politique du gouvernement israélien.... Qu'en sait-il ce bourricot ? Et c'est pour cela qu'il ne boycotte pas.....

De plus en plus fatiguants ces gens qui pensent pouvoir mélanger leurs capacités artistiques avec des considérations géopolitiques internationales... A chacun son métier et les vaches seront bien gardées.

encore un théâtre subventionné qui survit grâce à mes impôts.

Cyrano, je ne connais pas beaucoup d’artistes israéliens, sinon aucun qui soient heureux d’avoir Miri Regev comme ministre de tutelle..

ah, tous ces pseudo-intellos sans talent, qui s'engouffrent dans la brèche pour se faire de la pub.

8Article précédentEurovision 2018: pourquoi les Israéliens rêvent d'une victoire ?
8Article suivantIsraël/Gaza: les cerfs-volants de la paix