Quantcast

Le FMI met en garde Israël contre la hausse des prix du logement

Tel Aviv
AFP
Le FMI remarque que les prix ont doublé depuis 2007 mais complimente Israël sur le bas taux de chômage

Dans un rapport remis mercredi généralement élogieux sur l'économie israélienne, le Fond Monétaire International (FMI) met en garde l’Etat hébreu contre l’insuffisance de ses mesures pour stabiliser le prix des logements.

L’agence s'est opposée à certaines des réformes que le ministre des Finances Moshé Kahlon a introduit sur le marché du logement et a souligné au gouvernement israélien l’impuissance des politiques mises en oeuvre pour contenir les déficits.

Le rapport note, toutefois, les efforts du gouvernement en vue de faire baisser les prix mais juge qu’il faudrait entreprendre une réforme de fond afin d’augmenter l’offre de manière significative. 

Le ministre Kahlon a pris des mesures pour dissuader les gens d’investir dans l’immobilier et a lancé un plan visant à vendre des terres appartenant à l'État à un prix bas pour les constructeurs. 

AFP

Mais le FMI a déclaré que ces mesures ne produiraient pas d’effet à long terme. Ce plan gouvernemental a encouragé les municipalités à renoncer à une partie de leur domaine public pour consacrer cet espace à la construction résidentielle, mais aussi à accélérer l’approbation du permis de construire et à améliorer les transports en commun pour soulager les logements dans le centre du pays.

Le FMI remarque que les prix du logement ont doublé depuis 2007 (en hausse de 8% au cours de la dernière année seulement), et note que l'offre n’a pas augmenté assez rapidement pour répondre à la demande.

L’agence a exprimé sa préoccupation devant le fait que les prix élevés du logement ont réduit le pouvoir d’achat pour d'autres dépenses nécessaires. Toutefois, dans l’ensemble, l’agence complimente l’économie israélienne et souligne notamment sa stabilité et le taux exceptionnellement bas du chômage.

Le rapport en conclut qu’il s’agit d’une période idéale pour effectuer les réformes nécessaires pour augmenter encore la croissance, comme des investissements dans l’éducation, la santé et les infrastructures.

Le produit intérieur brut (PIB) israélien a progressé de 3,8% l'an dernier, soutenu par une poussée des importations de voitures et un taux de chômage record.

Selon le FMI, le PIB devrait continuer à progresser à environ 3% à moyen terme, mais il a ajouté qu'il y avait des "risques importants" liés aux tensions régionales et au risque de ralentissement des économies sur les principaux marchés d'exportation d'Israël.

Commentaires

(1)
Damran

En Chine, il y a 1 million d'appartements neufs et vides, inoccupés. Leur prix moyen est de 400.000€ sachant que le salaire moyen d'un employé est de 300€ environ. Compte tenu de ces prix dissuasifs, peu de Chinois peuvent se payer une maison, et continuent à s'entasser dans des espaces de plus en plus réduits, en raison du coût prohibitifs des locations... Mieux, les appartements neufs augmentent de 10%/An et la spéculation bat son plein; ceux qui attendent la baisse des prix risquent d'attendre encore un moment... Pour quelles raisons le FMI ne fait pas de remarques sur cette situation chinoise bien plus aberrante que les prix des appartements israéliens ? Ces remarques déplacées ne font que renforcer le fameux dicton : On ne prête qu'aux riches. Qui en effet, osera critiquer la Chine et son système politique, communiste et capitaliste, implacable et inhumain ?

8Article précédentAnalyse: le Congrès va-t-il suivre Trump dans sa ligne économique?
8Article suivantLa construction de la plus haute tour d'Israël approuvée