Quantcast

Chine: les Bourses ferment prématurément après une chute de 7%

Un investisseur chinois, le 4 janvier 2016 à la Bourse de Fuyang, de la province de l'Anhui, dans l'est de la Chine
AFP
Fortes inquiétudes sur l'économie chinoise alors que la Banque centrale a encore dévalué le yuan jeudi

Les Bourses de Shanghai et Shenzhen ont dû fermer prématurément jeudi peu après leur ouverture, suite à un effondrement de plus de 7% déclenchant un mécanisme "disjoncteur" automatique.

Les deux places boursières chinoises avaient déjà dû stopper leurs échanges pour la journée lundi après une chute similaire.

Au moment de la fermeture anticipée jeudi matin, à 09H58 (01H58 GMT), l'indice composite shanghaïen s'était effondré de 7,32%, ou 245,95 points, à 3.115,89 points.

La Bourse de Shenzhen, deuxième place boursière du pays, avait pour sa part plongé de 8,35%, ou 178,08 points, à 1.955,88 points.

Le mécanisme de suspension des échanges, entré en vigueur lundi, a pour objectif d'enrayer la volatilité des cours et d'éviter que ne se répète la spectaculaire débâcle de l'été 2015.

Si l'indice CSI300, dont les poids lourds incluent les géants pétroliers et bancaires du secteur étatique cotés sur les deux places boursières chinoises, perd ou gagne 7%, les échanges sont suspendus pour le reste de la séance. Ils sont simplement stoppés durant 15 minutes si l'indice fluctue de 5%.

"L'utilisation du mécanisme disjoncteur est la raison principale de ces chutes car les investisseurs ont paniqué après avoir vu son déclenchement lundi", a déclaré jeudi à l'AFP Chen Xingyu, analyste chez Phillip Securities.

"Le mécanisme disjoncteur a coupé l'accès au marché des liquidités et les investisseurs ont peur de ne pas pouvoir vendre", a-t-il ajouté.

La Bourse de Shanghai avait plongé lundi de 6,86% avant l'arrêt des cotations, après la publication d'indicateurs montrant une nouvelle contraction de l'activité manufacturière en décembre dans la deuxième économie mondiale. L'indice composite shanghaïen avait ensuite perdu 0,26% mardi, puis repris plus de 2% mercredi.

La banque centrale chinoise (PBOC) a abaissé jeudi le cours de référence du yuan face au billet vert de 0,51% -- à 6,5646 yuans pour un dollar -- soit sa plus forte baisse depuis la dévaluation-surprise au mois d'août de la monnaie chinoise de quasiment 5% en une semaine.

Les inquiétudes sur l'économie chinoise sont également alimentées par la levée possible vendredi de l'interdiction faite aux actionnaires possédant plus de 5% dans une entreprise cotée de vendre des actions -- une mesure prise en juillet pour tenter d'enrayer la débâcle des marchés.

Cependant, l'agence Bloomberg News a assuré que le régulateur maintiendrait l'interdiction au-delà de vendredi. L'autorité boursière n'a pas confirmé.

(AFP)

Commentaires

(1)
Damran

Depuis le temps que les dirigeants chinois jouent avec le feu, en se croyant à l'abri derrière leur gigantesque économie, ce genre de mésature était prévisible depuis quelques années. Malgré les différents appels à un peu plus de retenue pour réduire la "surchauffe" émis par des conseillers étrangers de très haut niveau, rien n'y a fait : L'arrogance chinoise a été la plus forte. Comment ne pas penser à ces millions de Chinois qui ont misé toutes leurs économies dans cette gigantesque tombola, et qui se retrouvent complètement plumés, totalement ruinés ? Lorsque la bulle immobilière éclatera, le monde connaitra un tsunami économique d'un niveau jamais atteint jusqu'à ce jour, et qui n'épargnera personne. La crise des "subprimes" ressemblera à un séjour de vacances au soleil dans un club de luxe. Rappel: Il y a près de 100 millions de logements neufs, inhabités, toujours à la vente, à des prix supérieurs à ceux des pays européens et parfois américains (500.000 Euros/Moyenne/100M2), alors que les salaires moyens tournent autour de 300 Euros/Mois, et qu'il existe une très forte crise du logement qui oblige certains à vivre à 6 personnes dans une pièce de 10M2...

8Article précédentLe Brent passe sous les 35 dollars le baril pour la première fois depuis 2004
8Article suivantLe baril de pétrole sous 30 dollars à New York, une première depuis 12 ans