Un système de propulsion de fusée développé par la NASA permettra d’atteindre Mars en 45 jours

i24NEWS

3 min
La planète Mars, photographiée par le télescope spatial Hubble
HO (NASA/AFP/Archives)La planète Mars, photographiée par le télescope spatial Hubble

"La propulsion proposée pourra nous emmener sur Mars en seulement 45 jours au lieu de six mois avec les moyens de propulsion existants"

L'agence spatiale américaine va développer un nouveau système de propulsion pour ses fusées qui combinera la propulsion thermonucléaire et la propulsion nucléaire électrique. "Cette nouvelle propulsion pourra nous emmener sur Mars en seulement 45 jours au lieu de six mois avec les moyens de propulsion existants", estime le professeur Ryan Goss, responsable du projet.

HO (NASA/JPL-Caltech/MSSS/AFP/Archives)
HO (NASA/JPL-Caltech/MSSS/AFP/Archives)Paysage de la planète Mars photographié par le robot Curiosity de la Nasa, le 30 octobre 2012

Ce n’est pas le premier projet de propulsion nucléaire de la NASA, puisque le projet NERVA, acronyme de "Nuclear Engine for Rocket Vehicle Application" avait été testé avec succès entre 1960 et 1972, mais annulé faute de budget. Au début des années 2000, l'agence spatiale avait mené une autre expérience de propulsion nucléaire avec le projet Prometheus.

Selon la compagnie privée Ad Astra qui a expérimenté une fusée à propulsion plasma en 2021, la propulsion nucléaire peut théoriquement atteindre la vitesse ahurissante de 200 000 km/h.

JACK GUEZ / AFP
JACK GUEZ / AFPLes astronautes d'une équipe d'Europe et d'Israël marchent en combinaison spatiale lors d'une mission d'entraînement pour la planète Mars au cratère Ramon à Mitzpe Ramon, dans le sud du désert du Néguev en Israël, le 10 octobre 2021

Avec les technologies existantes, un voyage habité vers Mars prendrait entre six et neuf mois. La réduction du temps de vol à 45 jours permettra de raccourcir les missions humaines sur Mars en mois au lieu d’années. Grâce à la rapidité du voyage, les astronautes passeront moins de temps dans l’espace et seront exposés moins longtemps aux rayonnements solaires potentiellement mortels et à l’absence de gravité dont les effets peuvent nuire à la santé.

Cet article a reçu 0 commentaires