Pas de résultats.

close

France/Affaire S. Halimi: "la potentialité d'une récidive de K. Traoré est grande" (avocat)

i24NEWS

clock 2 min

La communauté juive manifeste devant le consulat général de France à Los Angeles, en Californie, pour demander justice pour Sarah Halimi le 25 avril 2021.
APU GOMES / AFPLa communauté juive manifeste devant le consulat général de France à Los Angeles, en Californie, pour demander justice pour Sarah Halimi le 25 avril 2021.

"La magistrate n'a eu aucune empathie envers William Attal"

"La question de la récidive de Kobili Traoré se posera car il n'a pas été puni par son acte et la potentialité d'une récidive est grande", a déclaré lundi après-midi l'avocat Nathanaël Majster à la suite des auditions de la commission d’enquête de l'affaire Sarah Halimi, présidée par le député Meyer Habib.

Sarah Halimi, une retraitée de 65 ans de confession juive, a été assassinée en avril 2017 par un Français d’origine malienne et de culture musulmane, en avril dernier, dans le 11e arrondissement de Paris.

"Cela restera une très grande injustice, car Sarah Halimi aura été assassinée et que son meurtrier n'aura pas été condamné. Cela restera une terrible injustice, pour la victime et pour l'auteur qui risque d'être condamné lui-même à récidiver, jusqu'à ce qu'il trouve la peine qui puisse sanctionner son comportement", a-t-il affirmé.

L'avocate Muriel Ouaknine-Melki était également présente à la commission d’enquête dans laquelle elle a souligné le manque d'empathie de la magistrate envers le frère de la victime, William Attal.

"Le frère de la victime fait le voyage depuis Israël pour dire tout ce qu’il a sur le cœur et cette magistrate n’a absolument aucune empathie. Il veut lui montrer des photos de sa sœur, la magistrate prend les photos, et sans même les regarder, elle les passe à sa greffière. C’était très gênant. Nous sommes ensuite revenus la voir pour lui demander une reconstitution, et à partir de ce moment-là, la porte de son cabinet nous a été fermée", a-t-elle raconté.

"Je suis petit-fils de déporté, je ne supporte pas de voir que dans la France de 2021, on peut jeter par la fenêtre une dame juive de 65 ans, et que ce soit traité de la sorte", a expliqué M. Majster.