France: deux abattoirs suspendent les abattages rituels "au nom du bien-être animal"

i24NEWS

2 min
Un employé de l'abattoir de Surgères, le 20 juin 2016.
XAVIER LEOTY (AFP/Archives)Un employé de l'abattoir de Surgères, le 20 juin 2016.

Les prescriptions religieuses juives et musulmanes interdisent d'étourdir la bête avant de l'abattre

Deux abattoirs d'Intermarché ont décidé de suspendre l'abattage sans étourdissement "au nom du bien-être animal", selon une information relayée par 20 minutes.  

Les deux sites, situés en Bretagne et exploités par la SVA Jean Rozé, ont déclaré qu'ils souhaitaient contribuer à "la prise de conscience sociétale", quitte à se passer des marchés de la viande cacher et hallal alors que les prescriptions religieuses juives et musulmanes interdisent d'étourdir la bête avant de l'abattre. 

Selon le média, les abattages rituels représentaient 15% du nombre total d'abattages sur les deux sites. 

Le groupe Intermarché a souligné de son côté que cette initiative reflétait "les préoccupations grandissantes de la société concernant la bientraitance animale". 

Si l'abattage sans étourdissement est interdit en France, il reste autorisé dans le cadre des rites religieux afin de garantir la liberté de culte.  

La question de l'abattage rituel est de plus en plus débattue en Europe, particulièrement depuis un arrêté de  la Cour de justice de l’Union européenne datant de 2020 imposant l’étourdissement préalable de l'animal. Ses détracteurs le considèrent comme un acte de maltraitance animale, tandis que ses défenseurs affirment qu'il relève de la libre pratique religieuse.  

En France, le thème s'est invité dans la dernière campagne présidentielle, notamment avec le parti RN de Marine Le Pen qui a fait de la bientraitance animale - sujet largement en vogue - l'un de ses chevaux de bataille.        

Cet article a reçu 8 commentaires