Michel Onfray dénonce "un troisième temps de l'antisémitisme" alimenté par des membres de gauche (média)

i24NEWS

3 min
Le philosophe français Michel Onfray lors d'une séance photo le 8 octobre 2018 à Paris
JOEL SAGET / AFPLe philosophe français Michel Onfray lors d'une séance photo le 8 octobre 2018 à Paris

"Singulier régime d’apartheid celui dans lequel la race palestinienne peut prier son Dieu en toute sécurité!"

Le philosophe et essayiste Michel Onfray a déploré dimanche dans une tribune du Journal du Dimanche (JDD) "un troisième temps de l'antisémitisme", dans "une formule antisioniste" qui procède de l'islamo-gauchisme.

Réagissant à une proposition de résolution condamnant "l’institutionnalisation par Israël d’un régime d’apartheid à l’encontre du peuple palestinien" signée par 38 parlementaires issus des quatre groupes de gauche (PCF, LFI, PS et EELV), M. Onfray a dénoncé un mythe gaullo-communiste au soutien d'"un texte qui invoque sans vergogne la domination d’un groupe racial sur un autre groupe racial d’êtres humains".

"Les fascistes des années 1930 auraient aimé qu’on oppose ainsi la race juive à la race palestinienne afin de fustiger la première pour mieux célébrer la seconde", dit-il, or "le PCF se trouve en pointe sur ce genre de combat antisémite avec LFI en compagnon de route à cause d’un mythe gaullo-communiste".

"Cette gauche, si prompte à en appeler à l’Histoire, oublie ce qu’elle a été véritablement au profit d’une légende savamment entretenue par ceux qui assurent la domination gramscienne depuis l’après-guerre gaulliste".

"Car dans les années noires, nombre de socialistes ou de communistes ayant connu la Première Guerre mondiale soutiennent Pétain, sinon la collaboration, par pacifisme", affirme le philosophe, rappelant le lien du PCF au pacte germano-soviétique qui, jusqu’au 22 juin 1941, invite à collaborer avec l’occupant nazi.

"C’est de Gaulle qui crée ce mythe d’une France gaullo-communiste résistante, une légende qui lui permet de rassembler les Français dans un temps où ils se trouvent plus divisés que jamais". 

Mais "s’il avait dû demander des comptes après-guerre... aux apparatchiks du PCF et à tant d’autres qui ont rendu l’Occupation possible, la France eût été proprement ingouvernable".​

Dans le souci d'invoquer l'Histoire, Michel Onfray propose de son côté de déconstruire "la mythologie qui permet à la gauche de croire qu’elle incarne systématiquement le camp du bien, de la morale et de la vertu, y compris quand elle pare son antisémitisme d’un antisionisme que partageait déjà le Grand Mufti de Jérusalem qui souhaitait ardemment la victoire du IIIe Reich".

Il conclut sa tribune en évoquant le souvenir de son réveil un matin dans le quartier de Jaffa à Tel Aviv, par l’appel du muezzin lancé du haut du minaret de l’une des quatre mosquées de la ville.

"Singulier régime d’apartheid celui dans lequel la 'race palestinienne' peut prier son Dieu en toute sécurité!", a-t-il constaté.

Cet article a reçu 16 commentaires