Quantcast i24NEWS - Prêche antisémite: ouverture d'une information judiciaire contre l'imam Tataï pour provocation à la haine

Prêche antisémite: ouverture d'une information judiciaire contre l'imam Tataï pour provocation à la haine

Capture d'écran de la vidéo du prêche de Mohamed Tataï
i24NEWS

Le parquet de Toulouse a ouvert une information judiciaire pour provocation à la haine à l'encontre de l'imam de la ville , Mohamed Tataï, suite à un prêche controversé de l'imam en langue arabe soupçonné d'être antisémite, a-t-il annoncé mardi dans un communiqué.

Dans ce texte, le procureur de la République de Toulouse, Dominique Alzeari, indique "(qu')après avoir fait vérifier (...) le contenu et les modalités de la diffusion du prêche", notamment avec une traduction certifiée, il a ouvert, le 20 septembre, une information judiciaire pour "provocation publique, par parole, à la haine ou à la violence en raison de l'origine, de l'ethnie, la nation, la race ou la religion".

Cette enquête, ouverte également du chef de "provocation publique, au moyen de communication au public par voie électronique à la haine ou à la violence", a été confiée à deux magistrats. 

Elle vise à la fois l'auteur du prêche et ceux qui ont diffusé le propos sur Internet, avait précisé le procureur lundi en marge de la rentrée solennelle du tribunal.

Le parquet de Toulouse avait ouvert une enquête préliminaire après avoir reçu fin juin un signalement émanant du préfet de Haute-Garonne sur des "faits susceptibles de constituer le délit d'incitation à la haine".

Combat des Musulmans contre les Juifs

Ce signalement visait une vidéo de décembre 2017 dans laquelle on voit l'imam de Toulouse prêcher en langue arabe et tenir des propos soupçonnés d'être antisémites. Selon le texte sous-titré en anglais, Mohamed Tataiat déclare notamment: "(Le prophète Muhammad) nous a parlé de la bataille finale et décisive : le jugement dernier ne viendra pas jusqu'à ce que les Musulmans combattent les Juifs".


Contacté par i24NEWS, le rabbin de Toulouse avait indiqué que la révélation de ce prêche avait "mis en émoi la communauté juive" locale, d’autant plus surprise que ce soit l’imam Tataï qui ait tenu de tels propos. "Nous entretenons avec lui un rapport amical", avait précisé le rabbin Doron Naïm.

Dans un tweet, le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) avait condamné "avec la plus grande fermeté les appels à la haine prononcés par l’Imam de Toulouse Mohamed Tatai", qui appelle "à l'élimination du peuple juif et annonce la fin prochaine d’Israël".

Mi-juillet, le recteur de la Grande mosquée de Paris (GMP) Dalil Boubakeur avait finalement condamné et regretté "vivement les propos totalement incongrus" de Mohamed Tataï après une première réaction jugée trop timide par le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, qui avait réclamé des clarifications.

"L'imam a reconnu son erreur et les conséquences aussi néfastes que toxiques de cette citation", a déclaré le recteur de la GMP dans un courrier adressé au maire.

Dans un premier temps, Mohamed Tataï s'était dédouané, invoquant une "traduction pas fidèle" qui "n'est pas le vrai sens du hadith" (texte religieux) qu'il cite dans la vidéo, où apparaît le logo de la chaîne Memri TV.

(Avec agence)

Commentaires

(6)

Je parle bien entendu des immigrés et non des juifs

7 commentaires et seulement 1 qui s’affiche ? Chercher l’erreur !

Pas très Hallal tout ça

C’est malheureusement le cas tous les jours !! Très peu sont dénoncés ...

voilà ce qu est devenue la france et l europe

c est la 2 ème période medinoise que Momo à perdu sa femme khadidja qui était juive et son beau père et maître waraka ... repoussé par la tribu juive vivant à Médine en 610 de notre aire que Momo à changer de stratégie et devenu ostile au juif....en fréquentant un moine d une secte judeo chrétienne... et c est ainssi qu il commença à prêcher contre les juifs de la tribu de Médine se prenant pour El rassoune Allah...avec Bismilla el Rahman il rahiiiimmme

8Article précédentMediapart affirme que Benalla a porté une arme sans permis en avril 2017
8Article suivant"Des flux d'immigration légale en France atteignent 260.000 personnes par an", Florian Philippot à i24NEWS