Quantcast i24NEWS - "Des flux d'immigration légale en France atteignent 260.000 personnes par an", Florian Philippot à i24NEWS

"Des flux d'immigration légale en France atteignent 260.000 personnes par an", Florian Philippot à i24NEWS

Florian Philippot, président du parti politique Les Patriotes, invité sur i24NEWS

Le président du parti Les Patriotes était invité sur i24NEWS mercredi, lors de l’émission "Conversations avec Anna Cabana".

Florian Philippot, dont le mouvement politique est généralement classé à l'extrême droite de l'échiquier politique français, est revenu sur la question de l’immigration illégale, ainsi que sur celle de l’euro.

"L'essentiel de l'immigration ce ne sont absolument pas les bateaux. L'essentiel de l'immigration ce sont les flux, notamment du regroupement familial, qui continue absolument comme avant en Italie", a indiqué le président des Patriotes.

"De la même manière en économie, ils devaient faire racheter par la Banque centrale européenne 250 milliards d'euros de dettes italiennes, ils ne le font absolument pas parce que la BCE leur a dit ‘Pas question’, parce qu'ils sont prisonniers de l'euro", a estimé le politique, dont le parti est eurosceptique.

"De la même manière, ils devaient lutter contre l'austérité, ils ne le font pas. Il ne faut pas mentir aux gens, on est dans un système qui a des règles extrêmement précises, où il y a une puissance dominante, d'ailleurs, qui est l'Allemagne, où il a des traités avec une surveillance étroite de la Commission européenne, toute puissante, et il est évident qu'on ne le change pas de l'intérieur, on en sort ou on reste à l'intérieur, mais si on reste à l'intérieur on doit en accepter toutes les règles et toutes les contraintes", a poursuivi le politique français.

Maud VEITH (SOS MEDITERRANEE/AFP)

Alors qu’Anna Cabana laisse supposer, en prenant l’exemple de l’Aquarius, que "les 27 peuvent finir par s'entendre", Florian Philippot répond: "Ils s'entendent de fait, sur la règle éditée par la Commission européenne, c'est-à-dire la répartition des migrants […]. J'ai envie de dire, ces bateaux là, ce sont des images fortes, mais ce n’est absolument rien dans la masse de l'immigration. Ce n'est pas ça l'immigration aujourd'hui, ce n'est pas 58 migrants qui arrivent dans un bateau dont 18 qui vont venir en France, c'est tout à fait autre chose. Ce sont des flux d'immigration légale en France qui atteignent 260.000 par an".

"Ce n'est pas un projet humaniste que de traverser la Méditerranée, que d'engraisser les mafias et les passeurs, que de prendre le risque de quitter sa famille, son pays, sa région, je pense que ces gens-là seraient heureux et si on les aidait à se développer sur place par un co-développement conditionné, intelligent, précis, concret et si on 'restabilisait' la zone, notamment la Libye, si on reconstruisait un Etat libyen, celui qui a été détruit par Sarkozy et par quelques autres", a poursuivi le président du parti Les Patriotes précise sur i24NEWS.

"C'est ça la vraie politique, la vraie politique humaniste c'est de les aider sur place, ce n’est certainement pas de les faire venir ici dans des bidonvilles où on n'a rien à leur offrir", a également estimé Florian Philippot.

Dans le même temps, Khalid Zerouali, du ministère de l’Intérieur marocain, a déclaré mercredi que depuis le début de l'année, "on en est à plus de 80 réseaux démantelés, dont 23 pour le seul mois d'août", affirmant que ce chiffre illustrait le "repositionnement géographique des passeurs" vers le nord du Maroc.

Commentaires

(3)

COUCOU ENCORE EFFACER ET POURTANT UN COMMENTAIRE ???????????????

Cher Monsieur ou Madame le modérateur Je vous remercie d’avoir supprimé pratiquement tous mes commentaires je suis d’ailleurs très flatté que vous reconnaissez ainsi la pertinence et la justesse de mes observations bien le bonjour de Tibor

Les commentaires sur i24 c’est comme Snapchat. Dans 1 heure y’a plus rien.

8Article précédentPrêche antisémite: ouverture d'une information judiciaire contre l'imam Tataï pour provocation à la haine
8Article suivantL'Eglise française confrontée à une demande d'enquête indépendante sur la pédophilie