Crash EgyptAir: découverte de nouveaux restes humains

i24NEWS - AFP

2 min
EgyptAir has suffered a string of incidents in recent months including a crash in the Mediterranean and a hijacking in Cyprus
AFP/FileEgyptAir has suffered a string of incidents in recent months including a crash in the Mediterranean and a hijacking in Cyprus

L'Airbus A320 est tombé en mer pour des raisons encore indéterminées avec 66 personnes à bord

Les équipes de recherche présentes sur le site du crash de l'avion d'EgyptAir tombé en Méditerranée en mai ont découvert de nouveaux restes humains, a annoncé dimanche la commission d'enquête dirigée par l'Egypte.

Le navire de recherches John Lethbridge "a recueilli tous les restes humains qui avaient été repérés sur le site du crash", a annoncé la commission dans un communiqué. Après être allé dans le port d'Alexandrie pour y apporter ces restes, le navire repartira pour le site du crash "afin de mener une nouvelle inspection complète du fond de la mer et de rechercher tous restes humains", a indiqué la commission.

Les recherches se poursuivront "jusqu'à ce qu'on soit complètement assuré de l'absence d'autres restes humains sur le site du crash", a souligné la commission.

L'Airbus A320 de la compagnie égyptienne, qui effectuait un vol entre Paris et Le Caire le 19 mai, est tombé en mer pour des raisons encore indéterminées avec 66 personnes à bord. Après avoir disparu des écrans radar, le vol MS804 s'est abîmé en mer entre la Crète et la côte nord de l'Egypte.

Il n'y a eu aucun survivant parmi ses 66 occupants, parmi lesquels se trouvaient 40 Egyptiens - 30 passagers et 10 membres d'équipage - et 15 Français.

Les deux enregistreurs de vol ou "boîtes noires" ont été recueillis à la mi-juin. La commission d'enquête dirigée par l'Egypte a indiqué samedi que les cartes mémoire de l'enregistreur qui capte les conversations et les bruits à l'intérieur du poste de pilotage, le Cockpit Voice Recorder (CVR), étaient intactes et exploitables.

Les cartes mémoire de l'autre enregistreur, le Flight Data Recorder (FDR), qui conserve les diverses données de vol, sont elles aussi exploitables.

Cet article a reçu 0 commentaires