Pas de résultats.

close

Attentat de Nice: retour des contrôles aux frontières françaises

i24NEWS - AFP

clock 4 min

Vendredi 13 novembre 2015, au poste-frontière du Perthus à la frontière franco-espagnol
AFPVendredi 13 novembre 2015, au poste-frontière du Perthus à la frontière franco-espagnol

Par ailleurs, le gouvernement du Brésil va renforcer la sécurité des JO de Rio après l'attentat de Nice

En frappant dans une ville de la Côté d'Azur mondialement connue et prisée des touristes, le jour de la Fête nationale, l'attentat de Nice frappe une nouvelle fois durement le tourisme français.

Le lieu est symbolique: la Promenade des Anglais est une destination phare pour tous les touristes, français et étrangers.

La ville de Nice est, après Paris, celle qui reçoit le plus de visiteurs en France. En 2015, elle avait accueilli 2,26 millions de touristes, selon Euromonitor.

La date, le jour des célébrations du 14 Juillet, en pleine saison touristique, est aussi emblématique. 

Face à cette affluence, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne ont annoncé le renforcement des contrôles de leurs frontières avec la France. Ces mesures ont été prises en concertation avec les autorités françaises.

La police allemande a annoncé dans un communiqué qu’elle adopte des "mesures restrictives à la frontière française". Les Italiens ont précisé que ces dispositions seront mises en place sur les trois voies de communication routières reliant la France et l'Italie et à la gare ferroviaire de Vintimille. L’Espagne a de son côté annoncé le maintien des mesures de sécurité mises en place pour l'Euro 2016.

Le ministre de l'Intérieur espagnol Jorge Fernandez-Diaz a par ailleurs appelé vendredi les Espagnols à signaler tout processus de radicalisation qu'ils remarqueraient, au lendemain de l'attaque en France qui a fait au moins 84 morts à Nice.

Le Brésil renforce la sécurité des JO

Le président par intérim du Brésil, Michel Temer, va se réunir en urgence avec des ministres vendredi afin de renforcer la sécurité des JO de Rio après l'attentat de Nice, a annoncé la présidence.

M. Temer doit tenir une réunion d'urgence à Brasilia à partir de 16h00 locales (19h00 GMT) avec ses ministres de la Défense et de la Justice, Raul Jungmann et Alexandre de Moraes, ainsi que le responsable du renseignement, Sergio Etchegoyen, selon la présidence.

"Nous sommes en train de revoir et d'amplifier nos contrôles, même si ça représente une gêne de plus pour ceux qui vont participer ou assister aux jeux Olympiques, mais c'est nécessaire au nom de la sécurité de tous", avait dit M. Jungmann plus tôt au site d'information G1.

Lors d'une conférence de presse au siège de la présidence, M. Etchegoyen a indiqué que les inquiétudes liées aux JO étaient "montées d'un cran".

Le responsable du renseignement brésilien a cité parmi les nouvelles mesures de sécurité : "plus de points de contrôle, plus de barrières, certaines restrictions de circulation". 

M. Etchegoyen a précisé qu'une réunion s'était tenue dans la matinée au siège de l'Abin (Agence brésilienne de renseignement) "avec des représentants français pour que nous puissions obtenir de nouvelles informations, des détails, qui nous aident dans notre dispositif".

La France a été informée d'un projet d'attentat contre des athlètes français lors des JO de Rio (5-21 août), selon le chef des services de renseignement militaire cité dans un document officiel. Ce projet a été évoqué lors de l'audition du général Christophe Gomart, patron de la Direction du renseignement militaire (DRM), devant une commission d'enquête parlementaire sur les attentats de 2015 à Paris (147 morts).

Quelque 85.000 membres des forces de sécurité - 47.000 policiers et 38.000 militaires - seront mobilisés pour assurer la sécurité des 10.500 athlètes mais aussi des officiels, journalistes et 500.000 touristes du monde entier attendus pour les Jeux.